10 méthodes vraiment discutables qu’utilisaient nos ancêtres pour élever leurs enfants

oedipe et jocaste mythe
Crédits : Stephen Gjerston Galleries / Wikipédia

Les méthodes d’éducation n’ont de cesse d’évoluer au fil des siècles, et si certaines arrivent à traverser les âges, d’autres au contraire ont été rapidement abandonnées, et on comprend bien pourquoi. Voici donc 10 méthodes que nos ancêtres utilisaient pour élever leurs enfants, dont certaines laissent vraiment à désirer…

1) Des premiers soins qui déterminent le physique

Au XIIIe siècle, un docteur avait publié des recommandations au sujet des premiers soins à prodiguer à un nouveau-né. À cette époque, le personnel médical était persuadé que l’apparence physique des bébés pouvait être modelée, notamment grâce à certains soins. Il était donc possible de rendre un bébé laid beaucoup plus beau en prenant simplement soin de lui. Pour cela, seule une nourrice expérimentée était autorisée à s’occuper du nouveau-né, qu’elle entourait par exemple de pétales de rose et de sel pour lui garantir la beauté.

2) Déterminer le sexe de l’enfant selon l’humeur de la future maman

Si on sait déjà que le physique d’une femme enceinte évolue largement à cette période, Aristote avait d’autres théories pour le moins surprenantes à ce sujet : il affirmait qu’une femme enceinte a l’œil droit plus mobile et plus brillant que le gauche, mais aussi que sa joue droite est plus rose que la gauche. Et pour déterminer le sexe du bébé, il suffisait de voir l’humeur de la future maman : si cette dernière était heureuse, alors elle attendait un petit garçon, et si au contraire elle était triste durant sa grossesse, alors elle attendait une petite fille.

3) Sevrer bébé en s’éloignant de lui

Si le sevrage est aujourd’hui encore un sujet de débat, les recommandations étaient très strictes au XIXe siècle, puisque selon les médecins, sevrer son enfant en période de grosse chaleur revient à l’exposer à la mort. Ainsi, si le sevrage devait se faire en été, les médecins recommandaient aux mamans de confier leur enfant à une nourrice pour qu’elle puisse s’en occuper parfaitement, ou même d’envoyer le bébé à la campagne le temps de ce sevrage.

4) Du vin pour changer les couches

Le changement des couches de bébé était un véritable rituel à l’époque de nos ancêtres : les couches devaient être changées seulement à 7 heures, à midi et à 19 heures. Les portes et les fenêtres devaient impérativement être fermées et c’était une nourrice qui se chargeait de cette tâche, près de la cheminée et un oreiller sur ses jambes. Tout était mis en œuvre pour que le bébé n’ait pas froid. Pour le change, on utilisait une éponge ou un linge imbibé d’eau et de vin.

5) Du rose pour les garçons, du bleu pour les filles

Si aujourd’hui, les vêtements pour enfants sont très genrés, il semblerait que cette tendance ne date pas d’hier. Cependant, les couleurs attribuées à chaque sexe ont changé depuis, puisqu’au XIXe siècle, le bleu était attribué aux filles et le rose aux garçons. Le blanc pouvait quant à lui être utilisé pour tous les genres.

6) Faire boire du vin

Au XVe siècle, les enfants âgés de moins de 7 ans devaient boire du vin dilué dans de l’eau. Cependant, le degré d’alcool pouvait varier en fonction de l’âge de l’enfant. On préférait généralement le vin blanc au rouge pour les enfants. Il était également conseillé aux femmes allaitantes de boire des vins à l’arôme doux.

7) Flagellation en cas de caprice

Si aujourd’hui, la fessée est grandement remise en question, au début du XXe siècle, elle était au contraire très courante, mais aussi bien plus violente. Les réprimandes pouvaient même aller jusqu’à la flagellation en cas de caprice, même si les risques de mort étaient connus. En plus de cela, aucune forme de tendresse n’était la bienvenue.

8) Ne pas nourrir son enfant à heure fixe

Au XVIIe siècle, il était conseillé de ne pas donner à manger à son enfant à heure fixe, au risque qu’il ne devienne nauséeux lorsque vient l’heure à laquelle il était habitué de manger. Et si jamais ce dernier avait tout de même faim, il était alors conseillé de lui donner un peu de pain sec, accompagné de bière.

9) Du whisky ou du lait de chien pour soulager la pousse des dents

Les parents appréhendent bien souvent ce moment : la pousse des dents. Au XIe siècle, il était conseillé aux parents de donner aux bébés du pâté de cervelle de lapin, de la graisse d’oie ou encore du lait de chien. Plus tard, au XXe siècle, les médecins recommandaient aux parents de frotter les gencives douloureuses des bébés avec de l’alcool fort, comme du whisky.

10) Laver les bébés dans de la graisse de porc

Si aujourd’hui, le bain de bébé se fait le plus naturellement possible, c’est-à-dire dans de l’eau, au début des années 1900, un manuel pour les jeunes mamans conseillait plutôt de donner ce bain dans de la graisse de porc tous les jours durant la première semaine qui suivait l’accouchement.

Source

Articles liés :

12 traditions autour de l’accouchement à travers le monde

6 mythes sur les femmes enceintes

Top 10 des mythes et croyances autour de la grossesse