in

Accouchement à domicile : tout ce qu’il faut savoir

Crédits : iStock

Même si cela reste des cas isolés, plusieurs femmes font tout de même le choix d’accoucher chez elles, accompagnées de leur conjoint généralement, mais aussi d’une sage-femme libérale. Même si auparavant l’accouchement à domicile était la norme, ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui et de nombreux spécialistes alertent d’ailleurs sur ce phénomène qu’ils jugent dangereux aussi bien pour la mère que pour l’enfant.

Pourquoi accoucher à domicile ?

Les femmes qui accouchent à domicile ne sont pas toutes animées par les mêmes envies, mais on retrouve généralement des points communs :

  • Elles ne souhaitent pas un accouchement surmédicalisé comme il en existe beaucoup aujourd’hui dans des maternités traditionnelles
  • Elles souhaitent être parfaitement libres de leurs mouvements, mais aussi être actrices de leur accouchement
  • Accoucher dans un climat de confiance et avec un effectif plus que réduit (seulement la sage-femme et le futur papa)
  • À la suite d’un premier accouchement traumatisant en maternité
  • La volonté d’accoucher en famille, et donc de ne pas « abandonner » son aîné au moment de l’accouchement
  • Pouvoir accoucher dans une ambiance familière et rassurante
  • Pour pouvoir impliquer au mieux son conjoint dans l’accouchement, qui aura la possibilité de prendre plus de responsabilités que pour un accouchement en maternité
  • Pour s’habituer tout de suite à vivre cette nouvelle vie à la maison, sans retour de la maternité

Quelques conditions à remplir

Toutes les femmes ne peuvent pas prétendre à accoucher chez elle. En effet, il faut pouvoir remplir plusieurs conditions pour que l’accouchement soit le plus sécurisé possible :

  • Pas de grossesse multiple
  • Pas de diabète ou d’hypertension
  • Pas de bébé qui se présente en siège
  • Une grossesse qui s’est passé sans encombre
Crédits : Wikipédia

Comment procéder ?

Après avoir pris la décision d’accoucher chez elle, la femme doit maintenant trouver une sage-femme libérale qui pratique l’accouchement à domicile. Il n’y en a en effet que 60 en France qui pratiquent ce genre d’accouchement. Il vaut donc mieux se renseigner suffisamment tôt pour savoir s’il sera possible de le faire, puisque certaines régions sont totalement dépourvues de sages-femmes spécialisées.

Par la suite, le couple met en place avec la sage-femme un projet de naissance qui consiste à donner les raisons qui les a poussé à choisir l’accouchement à domicile. La sage-femme aura aussi pour rôle de mettre en garde les parents sur la démarche qu’il souhaite effectuer et les risques possibles de ce genre d’accouchement.

La grossesse sera ensuite suivie jusqu’à sa fin par la sage-femme en question, jusqu’au jour J. Il est tout de même demandé au futures mamans de s’inscrire dans une maternité en cas de problème, mais aussi d’avoir eu un rendez-vous avec un anesthésiste afin de faire au plus vite si les choses ne se passent pas comme prévu.

Le jour de l’accouchement

Puisque l’accouchement se fait à domicile, il est parfaitement impossible d’avoir recours à la péridurale. Cependant, la sage-femme vient avec un kit spécial qui contient notamment un monitoring, des instruments de réanimation mais aussi des perfusions. Les parents quant à eux lui fournissent le reste du matériel nécessaire : serviettes, bassines ou encore compresses. Généralement, le père joue un véritable rôle de soutien dans cet accouchement et aide sa compagne à supporter au mieux les contractions.

En cas de problème, la femme doit être tout de suite transférer dans la maternité la plus proche. Le couple peut y aller avec la voiture de la sage-femme ou avec le véhicule familial. Il est aussi possible dans certains cas de bénéficier des services des pompiers ou du Samu. Il peut en effet y avoir des risques d’hémorragie, ou encore l’obligation de pratiquer une césarienne en urgence. Il ne faut donc surtout pas perdre de temps dans ces cas-là.

Le coût de l’accouchement à domicile en France

L’accouchement à domicile en France est bien moins coûteux qu’un accouchement traditionnel dans une maternité. On compte en effet environ 300 euros (remboursés par la Sécurité Sociale) contre presque 3000 euros pour un accouchement en maternité si la maman et le bébé sortent au bout de 3 jours.

 

Sources : Au Féminin, MagicMaman

 

Articles liés :

Comment bien choisir sa maternité ?

Futur papa : 8 idées pour s’investir dans la grossesse