Alcool et allaitement : un mélange à éviter

Crédits : iStock

On le sait déjà, boire de l’alcool durant la grossesse est formellement déconseillé, notamment à cause des effets que cela peut produire sur l’enfant à naître (retard mental, malformations, troubles du comportement, etc.) Si certaines femmes peuvent de nouveau consommer de l’alcool après l’accouchement, celles qui allaitent devraient quant à elles prendre quelques précautions.

Des effets sur la lactation

Une étude de 2008 a démontré que la consommation d’alcool durant l’allaitement pouvait avoir un effet négatif sur la lactation. En effet, sur les 17 femmes qui se sont prêtées à l’expérience, il a été constaté que le taux d’ocytocine, qui est l’hormone qui favorise l’évacuation du lait hors du sein, baisse de 78 % en moyenne dans les heures qui suivent la consommation d’alcool. De plus, le taux de prolactine, qui est l’hormone qui favorise la production du lait, augmente quant à lui de 336 %. Cela signifie que le lait va mettre plus de temps à sortir et sera donc en quantité réduite lorsqu’il sera tiré, alors que la production de lait sera elle plus importante, provoquant ainsi une sensation de seins plus lourds et pleins.

Des effets sur le bébé

L’alcool présent dans le lait maternel ne modifie absolument pas sa composition, ni en bien ni en mal. Cependant, il passe tout de même dans le lait, à un taux similaire à celui présent dans le sang. Ingérer de faibles doses d’alcool très occasionnellement n’aura donc en théorie aucun effet sur l’enfant et sur son développement neurologique. Cependant, il est important d’être tout de même très prudente, puisque lorsqu’on voit les effets d’une petite dose d’alcool sur un adulte, cela laisse imaginer les effets immédiats sur un nourrisson. Des chercheurs américains ont tout de même affirmé que les capacités de motricité d’un bébé allaité avec du lait qui contient de l’alcool baisseraient de 4 à 5 % à partir d’un verre de vin par jour.

Les précautions à prendre

Même si le mieux reste tout de même l’abstinence, il est toujours possible de continuer d’allaiter son enfant en buvant de très faibles quantités d’alcool très occasionnellement. Cependant, il ne faut surtout pas faire téter le bébé juste après avoir bu, mais plutôt juste avant.

Il est également possible de tirer son lait juste avant de boire, afin de pouvoir continuer de le nourrir au biberon tout en buvant un verre sans culpabiliser. L’idéal est également de continuer de tirer son lait afin d’éviter que les seins ne s’engorgent, même si ce lait ne sera pas donné à l’enfant puisqu’il contient de l’alcool. Il faudra ensuite attendre que l’alcool soit complètement évacué par l’organisme avant de pouvoir redonner le sein. Pour cela, il est possible de se référer au tableau proposé par l’organisation Meilleur départ. Ce dernier permet en effet de savoir combien de temps l’organisme va mettre à évacuer l’alcool du corps, et donc le délai avant de pouvoir redonner le sein à son enfant.

Sources : Leche League France, Parents, MagicMaman

Articles liés :

Syndrome d’alcoolisation fœtale : de lourdes répercussions

Comment éviter de reprendre la cigarette après la grossesse ?

Enceinte à Noël : qu’est-il possible de manger ?