Les bacheliers recalés d’APB intéressent l’université de Montréal

Crédits : iStock

On le sait, cette année n’a pas été très bonne pour de nombreux jeunes bacheliers. Pourtant, après l’obtention de leur diplôme, nombre d’entre eux pensaient que le meilleur était devant eux. Seulement, plusieurs candidats pour des filières universitaires se sont retrouvés sur le banc de touche avec aucune affectation pour les filières souhaitées. En cause, la plateforme incontournable Admission post bac (APB). L’occasion rêvée pour l’université de Montréal d’agrandir ses rangs.

Le Québec accueille les étudiants français

Fin septembre, 3729 bacheliers se trouvaient toujours sans affectation dans une filière universitaire, malgré leur inscription sur la plateforme APB. Une aubaine pour l’université de Montréal au Québec qui tente ainsi de séduire ces étudiants qui sont pour la majorité désespérés. C’est à travers son site internet que l’université drague les étudiants français en leur proposant de venir suivre un cursus universitaire outre-Atlantique dès janvier 2018 : « APB 2017 : et si vous veniez à Montréal cet hiver ? ». L’université n’hésite d’ailleurs pas à pointer du doigt le système français qui s’est en effet montré cette année très défaillant au vu du nombre d’étudiants toujours sans affectation : « Étudiants français, c’est le moment de découvrir les possibilités qu’offre un système universitaire différent, qui s’adapte à la situation de chaque étudiant ! ».

Cette campagne de l’université de Montréal vise à grossir les rangs de la cinquième meilleure université canadienne. Les candidats intéressés ont donc jusqu’au 8 octobre pour s’inscrire via le site de l’établissement et peuvent également obtenir plus d’informations grâce au mail APB@umontreal.ca.

APB, une plateforme qui fait polémique

Cette année, la célèbre plateforme APB, par laquelle la presque totalité des nouveaux bacheliers passent pour obtenir une affectation dans une filière universitaire de leur choix, a vraiment fait défaut. Avec plus de 3700 jeunes bacheliers qui n’ont toujours pas trouvé d’affectation pour cette nouvelle année scolaire, APB est plus que jamais remise en question. La ministre de l’Education a d’ailleurs annoncé sa disparition à la rentrée prochaine, ce système étant « à bout de souffle » selon elle. La plateforme n’était plus du tout adaptée, puisque cette année, plus de 40 000 néo-bacheliers y étaient inscrits ainsi que plus de 100 000 étudiants en réorientation. Cela a donc largement favorisé les affectations par tirage au sort pour les filières les plus demandées. Un système très inégal et injuste, notamment pour les élèves ayant décrochés un bac avec mention et qui n’ont été acceptés nul part. La plateforme va donc complètement être revue cette année pour éviter ce genre de couac pour les bacheliers de 2018.

 

Sources : BFM TV, L’Express, L’Etudiant

 

Articles liés :

Scolarité : 7 bonnes raisons de choisir l’internat !

Phobie scolaire : quand l’école devient un enfer

Enfants expatriés : comment choisir la bonne école ?