Une campagne choc pour demander un rallongement du congé paternité pour les pères de bébés prématurés

Crédits : iStock

Le congé paternité est régulièrement remis en question, notamment à cause de sa durée qui, selon beaucoup, n’est absolument pas suffisante pour faire face au bouleversement que représente l’arrivée d’un bébé, puisqu’il est de seulement 11 jours. Seulement, la durée est exactement la même en cas de naissance prématurée, et c’est ce que l’association SOS Préma montre du doigt, affirmant qu’il s’agit de trop peu de temps pour faire face à une situation aussi dramatique. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’association a lancé une campagne choc afin de tenter de faire bouger les choses et pour accorder à ses jeunes papas complètement désorientés un peu plus de temps auprès de leurs familles si fragiles.

60 000 bébés nés prématurés chaque année

Si le congé paternité en général est très court, il faut avouer qu’il semble l’être encore plus lorsqu’il concerne les pères de bébés nés prématurément. C’est la raison pour laquelle l’association SOS Préma, soutenue par une trentaine de députés venant de tous horizons politiques, a déposé le 8 mars un projet de loi afin de rallonger la durée du congé paternité pour les pères d’enfants prématurés. Ainsi, en France, la mère se retrouve systématiquement seule à la maternité le temps de l’hospitalisation de son bébé, alors que son conjoint a dû reprendre le travail.

Selon les dépositaires de ce texte de loi, il ne s’agit pas d’aider seulement les femmes, mais plutôt de permettre aux parents de vraiment s’entraider. En plus d’aider les parents, ce dispositif pourrait aussi avoir des effets positifs sur la santé du nourrisson, puisque de nombreuses études ont prouvé que la présence des deux parents à ses côtés lui permettait d’aller mieux.

Une campagne choc

Pour accompagner cette proposition, l’association a décidé de frapper fort, avec une campagne qui ne laissera certainement personne indifférent ! Pour convaincre, tous les membres de l’Assemblée Nationale vont recevoir une petite carte postale avec au recto la photo déchirante d’une jeune maman qui peut enfin prendre sa petite fille Camille dans ses bras. Cette photo, aussi déchirante qu’émouvante, montre un bébé si petit qu’il est à peine possible de le distinguer dans les bras de sa maman, mais aussi l’émotion mélangée au déchirement sur le visage de cette dernière. Et on comprend vite cela, puisque la petite Camille est née à seulement 25 semaines d’aménorrhée, ce qui représente environ 5 mois de grossesse.

Crédits : SOS Préma
Crédits : SOS Préma

Sur le verso de cette petite carte, on retrouve un texte écrit par la petite Camille elle-même qui explique les difficultés qu’ont dû affronter ses parents, et surtout son papa, qui devait jongler entre le travail et l’hôpital : « […] Je me battais pour vivre, mais Papa n’était pas là car il devait aller travailler. Il a tellement souffert de ne pas avoir pu occuper la place de père et de conjoint nécessaire à l’équilibre de notre jeune famille. Chaque jour, il faisait 140 km le matin pour déposer Maman à l’hôpital et repartir travailler en sachant que je luttais et que Maman se sentait si seule. Chaque soir, il gérait la maison, s’occupait de ma grande sœur, puis la déposait chez la voisine et refaisait 140 km pour passer si peu de temps avec moi et ramener Maman la maison. Et cela, pendant 2 mois 1/2… ».

Cette petite lettre, qui s’adresse directement aux députés, vise donc à les convaincre de voter en faveur du projet proposé par l’association. Preuve qu’il y a encore de nombreux progrès à faire dans ce domaine !

Source