in

Conduire enceinte : les précautions à prendre

Crédits : iStock

On le sait, la grossesse est un moment très particulier durant lequel il est nécessaire de prendre certaines précautions afin d’éviter le moindre problème. Il s’agit donc d’une période où de nombreux changements s’opèrent, notamment sur le mode de vie. Le fait de conduire doit donc également être bien encadré pour éviter le moindre problème. 

Tout à fait possible

Il n’y a en effet aucune interdiction de conduire durant la grossesse. Il s’agit de quelque chose de tout à fait possible, tout en prenant bien sûr certaines précautions, car l’état de la conductrice n’est pas tout à fait le même que d’habitude et les risques sont donc plus élevés en cas d’accident.

Les premiers mois, il peut cependant être difficile de prendre le volant à cause notamment des troubles liés au premier trimestre de grossesse : nausées, fatigue ou encore vertiges. Pour certaines femmes, conduire enceinte peut représenter une véritable angoisse, elles n’auront donc pas possession de tous leurs moyens. Il vaut donc mieux éviter de s’infliger ce stress inutile et trouver d’autres alternatives pour se déplacer.

Même s’il n’y a aucune contre-indication à conduire durant la grossesse, il est tout de même conseillé de limiter les déplacements qui ne seraient pas réellement utiles, mais aussi de privilégier les trajets courts afin d’éviter d’accumuler trop de fatigue.

Les règles de sécurité

Bien évidemment, il reste obligatoire, même enceinte, de porter la ceinture de sécurité. Et contrairement à ce que certains disent, elle ne représente aucun danger pour le bébé si elle est mise de la bonne façon : la partie inférieure de celle-ci doit être placée sous le ventre, au niveau des hanches. Si malgré cela vous vous sentez encore mal à l’aise, il est possible de se procurer des adaptateurs de ceinture créés spécialement pour les femmes enceintes. Ils permettent d’éviter d’exercer une trop forte pression au niveau du ventre, particulièrement en cas de choc. Ce genre de dispositif peut être mis en place dès le deuxième mois de grossesse.

La position doit également être la plus confortable possible. Il faut pouvoir atteindre le volant et les pédales sans problème. N’hésitez donc pas à bien régler votre siège afin de trouver la position la plus adéquate.

Les précautions à prendre

Pour ne prendre aucun risque et se sentir le plus à l’aise possible, mieux vaut bien s’équiper avant de faire un trajet en voiture enceinte. Il est tout d’abord conseillé de prendre systématiquement avec soi une bouteille d’eau, un petit goûter en cas de petite fringale, un coussin pour bien caler son dos, mais aussi un brumisateur en cas de grosse chaleur.

Si la maman ressent régulièrement des contractions, il vaut donc mieux s’équiper de paracétamol et de phloroglucinol. Dans tous les cas, pensez à prendre avec vous votre dossier médical en cas de problème.

Quoi qu’il en soit, les spécialistes recommandent de ne pas dépasser deux à trois heures de voiture par jour. En outre, lors du dernier trimestre, il est préférable de ne pas effectuer des trajets qui s’éloignent trop de la maternité.

D’une manière générale, les spécialistes recommandent tout de même de laisser une tierce personne conduire à la place de la femme enceinte afin qu’elle puisse bien étendre ses jambes et se reposer au maximum.

Les risques de conduire en étant enceinte

Même s’il n’est pas interdit de conduire enceinte, cela peut tout de même comporter certains risques. En effet, le fait de rester dans la même position durant plusieurs heures peut entraîner une insuffisance veineuse.

Bien évidemment, au moindre accident ou accrochage, il est nécessaire de se rendre aux urgences afin de vérifier que tout aille bien.

En cas de risque d’accouchement prématuré, il est bien entendu déconseillé de prendre le volant, au même titre que lorsque la femme souffre de contractions.

Sources : Prévention routière, MagicMaman, Maman pour la vie

Articles liés :

L’amniocentèse : tout ce qu’il faut savoir

Être enceinte et diabétique

Toxoplasmose et grossesse : des précautions à prendre