Enfant unique : les idées reçues

Crédits : Pixabay - PublicDomainPictures

De nombreux mythes existent autour des enfants uniques. Entre incompréhension et regards accusateurs, les parents et les enfants eux-mêmes ont régulièrement droit à de petites remarques ou questions sur ce schéma familial, qui peut être choisi. Ainsi, de nombreuses idées reçues existent et demeurent très répandues.

1) Les enfants uniques sont trop gâtés

C’est souvent une des premières idées reçues que bon nombre de personnes peuvent avoir concernant les enfants uniques. Les enfants uniques auraient donc toujours besoin d’attention, mais aussi d’être gâtés en permanence par leurs parents. Cependant, il n’existe pas de profil type d’enfant unique et, comme tous les autres individus, ils sont tous différents. Certains enfants ayant des frères et sœurs peuvent être aussi gâtés que d’autres n’en ayant pas, et vice-versa. Et même s’il est vrai que l’attention se retrouve focalisée sur une seule et même personne dans les familles avec un enfant, cela dépend en fait de l’éducation qui sera donnée par les parents.

2) Ils sont surprotégés

On a souvent tendance à croire que les enfants uniques ont toute l’attention de leurs parents, mais aussi des autres membres de la famille. Or, ici aussi, cela dépend de l’éducation que l’enfant en question a reçu. Il est certain que l’attention sera centrée sur lui sachant qu’il n’y a aucun autre enfant à s’occuper, mais cela ne signifie pas pour autant qu’il sera incapable plus tard de se débrouiller tout seul. Cependant, il est possible que ces enfants aient plus de pression sur les épaules que ceux qui ont des frères et soeurs, puisque les parents ne comptent que sur lui et mettent donc beaucoup d’espoirs dans son avenir.

Crédits : Pixnio

3) Ils ont plus de difficultés à se socialiser

Puisqu’ils vivent dans un cercle familial restreint, certains pensent que les enfants uniques sont incapables de se faire des amis et sont de caractère très réservé. Il est possible que certains soient en effet timides, mais au même titre que d’autres enfants qui vivent avec des frères et sœurs, cela dépend principalement du caractère. Il est même possible que les enfants uniques aient plus d’amis et de facilité à aller vers les autres, puisque les amis représentent pour eux le seul moyen de fréquenter des enfants de leur âge. Enfin, de nos jours, de plus en plus de parents travaillent tous deux à temps plein, ce qui signifie que les enfants sont rapidement placés en crèche ou chez une nounou, ce qui coupe le lien fusionnel que les enfants uniques pourraient avoir avec leurs parents et qui les empêcherait d’aller vers les autres.

4) Ils ne manquent jamais d’amour

Il est vrai que les enfants uniques ont par définition toute l’attention de leurs parents et ne manquent donc jamais d’amour. Seulement, cet avantage peut aussi devenir un handicap pour eux. En effet, habitués à être « le centre du monde des parents », les enfants uniques risquent d’avoir de nombreuses désillusions au cours de leur vie, puisqu’ils ne seront pas toujours les plus aimés, que ce soit dans un cercle d’amis ou encore à l’école. Il est donc important qu’ils comprennent que l’amour des autres n’est pas aussi inné que celui des parents et qu’il se mérite. Cependant, il est encore une fois question d’éducation, puisque certains enfants uniques ne sont absolument pas autant aimés par leurs parents et ne partagent pas beaucoup de temps avec eux.

5) Ils supportent mal la compétition

De nombreuses personnes ont tendance à croire que les enfants uniques, ayant toujours joué seul ou avec des parents qui les laissaient gagner, ont du mal à supporter la compétition et encore plus de perdre. Ils n’ont pas non plus été confrontés à des situations conflictuelles, pourtant habituelles dans les fratries, entre bagarres et crêpages de chignon. Mais, dès l’entrée à l’école, ils apprendront comme les autres ce que c’est d’être confrontés à la compétition, mais aussi à l’échec, notamment grâce aux jeux collectifs.

Crédits : Pixabay – kisss

6) Ils ont de meilleurs résultats scolaires

Puisque les parents ont le temps de s’occuper plus longtemps des devoirs, les enfants uniques auraient de meilleures notes que les autres. Les parents peuvent aussi être plus attentifs et exigeants vis-à-vis des résultats scolaires. Mais ce n’est pas un règle universelle, puisque certains parents n’ont pas le temps de se consacrer à l’aide aux devoirs, ou encore aux corrections, pour des raisons professionnelles par exemple.

Avoir un seul enfant, un choix ?

N’avoir qu’un seul enfant est une chose relativement mal vu dans notre société actuelle. Les parents, généralement accusés d’égoïsme envers l’enfant, font face à de nombreux jugements. Or, plusieurs raisons peuvent expliquer le fait de n’avoir qu’un seul enfant. Certains parents font ce choix pour des raisons matérielles : ils ne pensent pas avoir suffisamment de moyens financiers pour subvenir aux besoins d’au moins deux enfants et préfèrent donc centrer leur attention et tout donner à un seul et unique enfant.

D’autres ne font pas vraiment ce choix et n’ont qu’un seul enfant par contrainte. En effet, pour des raisons médicales, de nombreux couples doivent faire le deuil d’une famille nombreuse et se contentent donc de ne faire qu’un enfant.

Enfin, pour d’autres couples, ce choix est parfaitement réfléchi et assumé : ils ne veulent qu’un enfant. Ils préfèrent se concentrer sur l’éducation d’un enfant et privilégient donc la qualité à la quantité.

Crédits : Pixabay – ambermb

Quelques conseils pour les parents d’enfants uniques

  • Faire en sorte le plus tôt possible qu’il fréquente des enfants de son âge, avant même l’entrée à l’école. Cela le poussera à se frotter à d’autres enfants et donc à être confronté à la frustration.
  • Qu’il garde sa place d’enfant. Il ne faut pas oublier qu’il reste avant tout un enfant et qu’il ne doit pas s’immiscer dans la vie du couple. Il ne doit donc pas être mêlé à des histoires qui ne le regardent pas.
  • Ne pas l’épargner parce qu’il est le seul enfant. Ce ne serait en effet pas lui rendre service que de l’épargner de punitions, ou tout simplement de remarques. Pour éviter de le surprotéger, il doit pas être préservé des déceptions de la vie de tous les jours.
  • Ne pas lui mettre trop la pression. Il ne faut pas que les rêves des parents soient projetés sur l’enfant. Il doit avoir ses propres ambitions et évoluer à son rythme.
  • Lui apprendre le partage. Il est indispensable que le plus tôt possible, l’enfant apprenne à partager grâce à ses parents. Ainsi, une fois à l’école, cela lui semblera naturel.

 

Sources : MagicMaman, Parents

 

Articles liés :

6 conseils pour préparer votre aîné à accueillir un petit frère ou une petite sœur

Apprendre à votre enfant à parler avec la méthode Montessori