Grossesse : comment l’annoncer peu de temps après s’être faite embaucher ?

Crédits : iStock

Vous devez le savoir : annoncer sa grossesse à son employeur est toujours un moment relativement délicat. Seulement, la situation est encore plus compliquée lorsqu’il faut l’annoncer alors que l’on vient tout juste de se faire embaucher. De quelle manière faut-il l’annoncer, et quels sont les risques ? C’est ce que nous allons tenter de voir au travers de cet article.

Ce que dit la loi

Soyez rassurée : pour un employeur, il n’y a pas de bon moment pour qu’on lui annonce une grossesse, puisque pour lui, il s’agit souvent d’une contrainte. Il est vrai cependant qu’il peut être encore plus difficile de l’annoncer alors que vous venez tout juste d’être embauchée.

Vous devez néanmoins être consciente que votre employeur n’a absolument pas le droit de vous licencier si vous annoncez votre grossesse ni rompre votre période d’essai si vous êtes encore à ce stade. Il faudrait en effet que votre employeur puisse prouver que vous avez commis une faute grave pour y parvenir, sans rapport avec votre grossesse.

La loi stipule qu’une femme n’a aucune obligation de révéler à son employeur sa grossesse, que ce soit en CDD, en période d’essai ou même au moment d’un entretien d’embauche. Cependant, si vous souhaitez bénéficier des avantages conventionnels et de la protection légale, comme le congé maternité par exemple, vous avez tout intérêt à révéler votre grossesse à votre employeur. Il en est de même d’un point de vue moral afin de ne pas laisser votre employeur dans une situation délicate, mais aussi pour garder de bonnes relations avec.

Pour éviter de l’annoncer trop tôt et de devoir ensuite faire face aux aléas du début de la grossesse (comme une fausse couche par exemple), il est conseillé tout de même d’attendre d’avoir effectué l’échographie du premier trimestre, et de fournir à votre employeur une attestation de grossesse faite par votre médecin.

Cependant, vous pouvez également être contrainte de l’annoncer plus tôt, notamment si vous souffrez de symptômes de grossesse vraiment handicapants qui vous rendent inapte au travail. Attention aussi si vous effectuez un métier qui pourrait être dangereux vis-à-vis de votre grossesse.

Question de timing

Quoi qu’il en soit, vous ne trouverez jamais le moment idéal pour une grossesse, puisque chaque fois, de nombreux facteurs vont vous dire qu’il faudrait encore attendre un peu. Que ce soit par choix ou par accident, vous ne devez en aucun cas vous cacher de cette grossesse ni vous sentir coupable. Même si votre employeur le prend mal, vous devez tout de même vous réjouir de cette bonne nouvelle, car vous attendez un merveilleux événement et que vous avez surtout le droit d’attendre un enfant à n’importe quel moment de votre vie.

Puisque vous êtes dans votre bon droit, ne vous préoccupez pas trop de la réaction de votre employeur, c’est aussi son travail de gérer ce genre de cas, et puisque les autres y arrivent, il n’y a pas de raison qu’il n’y parvienne pas. Vous pourriez d’ailleurs être très surprise de sa réaction, qui peut tout aussi bien être très chaleureuse. Quoi qu’il en soit, vous n’êtes pas la première et ne serez certainement pas la dernière à lui faire ce genre d’annonce, alors profitez surtout de votre grossesse, vous aurez tout le temps à votre retour de penser à votre travail !

Sources : Maman Vogue, Regions Job

Articles liés :

Congé maternité : tout ce que vous devez savoir

6 phrases à ne surtout pas dire à une mère au foyer ou en congé parental

Les meilleures séries à regarder durant votre congé maternité