Grossesse et rapports sexuels : faut-il prendre des précautions ?

Crédits : iStock

Le fait d’être enceinte ne signifie pas pour autant qu’il faut faire une croix sur les rapports sexuels. Il y a d’ailleurs certains couples qui ont une libido plus en forme que jamais durant les neuf mois de grossesse. Pour d’autres au contraire, il est plus difficile d’éprouver du désir dans ces conditions. Par ailleurs, un rapport peut entraîner dans certains cas quelques contractions qui peuvent vraiment inquiéter les futurs parents. Est-il donc vraiment nécessaire de prendre des précautions ?

Faire l’amour durant la grossesse

Il n’y a absolument aucune contre-indication à faire l’amour durant la grossesse, et cela est parfaitement sans danger. Cependant, il y a certains cas pour lesquels il est tout de même important de rester prudents. En effet, si la maman a un placenta prævia ou des saignements, il vaut mieux en parler à son gynécologue-obstétricien afin de savoir si les rapports n’auront aucune incidence sur la grossesse. De même si elle perd du liquide amniotique ou si elle porte plus d’un enfant, il est alors possible que le médecin lui recommande de ralentir ou d’arrêter complètement les rapports.

Si le médecin recommande de lever le pied, il est alors tout à fait possible d’avoir recours au sexe oral afin de continuer à maintenir le désir au sein du couple. De plus, ces pratiques ne comportent absolument aucun risque, que ce soit pour la maman et pour le bébé.

La peur des futurs papas

Il n’est pas rare d’entendre de la part des hommes qu’ils ont peur de toucher ou de blesser le bébé. Que ces messieurs se rassurent, il est parfaitement impossible de toucher le bébé et encore moins de le blesser. En effet, ce dernier est bien en sécurité dans sa poche de liquide amniotique, mais également protégé par les muscles de l’utérus. Le bouchon muqueux permet quant à lui d’éviter les risques d’infection. Bref il n’y a vraiment aucune raison de s’inquiéter pour ce petit bébé. Et même s’il est possible qu’il se mette soudainement à bouger juste après l’acte, il le fait simplement parce qu’il a lui-même senti le rythme cardiaque de sa maman s’accélérer.

L’apparition de contractions

Il est tout à fait possible que pendant ou à la suite d’un rapport des contractions apparaissent. Dans ce cas précis, il n’est absolument pas nécessaire de mettre fin précipitamment à l’acte, car ces contractions sont parfaitement bénignes et connues sous le nom de « contractions orgasmiques ». Elles sont dues à l’ocytocine dégagée durant l’orgasme, qui peut parfois contracter l’utérus. Ces fausses contractions ne doivent pas être confondues avec celles qui annoncent véritablement le travail, et qui sont bien plus douloureuses. Cependant, si à la suite d’un rapport les contractions ne s’atténuent pas et deviennent même plus rapprochées, il faut alors se rendre à la maternité.

Il est également possible que ce soit le sperme qui soit à l’origine de ces contractions. En effet, il contient des hormones qui permettent d’agir sur les fibres musculaires de l’utérus, ce qui peut déclencher un accouchement. Mais ce genre de cas survient surtout entre la 38e et la 39e semaine de grossesse.

À noter tout de même que plusieurs études ont conclu que le fait d’avoir une sexualité épanouie durant la grossesse serait bénéfique (seulement pour les grossesses qui ne sont pas à risque) et n’aurait aucune influence sur un éventuel accouchement prématuré.

Sources : Neuf Mois, Baby Center, Naître et grandir, Le Journal des Femmes

Articles liés :

Grossesse et sexe : 8 positions à tester !

Combien de fois faut-il faire l’amour avant d’avoir un enfant ?