Les relations entre belles-sœurs : pas si évidentes que cela !

Crédits : iStock

Nous vous avions déjà parlé des relations avec la belle-famille qui peut être parfois envahissante, mais aussi du rôle des grands-parents. Mais ce ne sont pas les seules relations qui peuvent parfois poser problème. En effet, les relations entre belles-sœurs peuvent aussi être très animées, dans le mauvais sens du terme. Entre le sentiment de l’une qu’on lui vole son frère, et celui de l’autre qui aimerait bien vivre sa vie de couple sans interventions extérieurs, difficile de trouver un terrain d’entente…

Un souci d’égalité

À la différence des relations avec les beaux-parents, celles avec une belle-sœur ou un beau-frère laissent entendre qu’il n’y a pas vraiment d’écart générationnel, et donc pas de « hiérarchie ». Même si dans n’importe quelle relation le respect va dans les deux sens, ce qui concerne donc aussi les beaux-parents, il y a toujours cet écart d’âge qui ne nous met pas sur un même pied d’égalité. Or, et c’est bien là toute la subtilité des belles-sœurs et beaux-frères : cet écart est très réduit, voire inexistant, ce qui implique que l’on se retrouve avec eux sur un principe d’égalité, et c’est parfois bien là tout le problème.

En effet, même si dans certains cas, ces relations ne sont absolument pas conflictuelles, et peuvent même être amicales, il se peut aussi qu’elles tournent rapidement au vinaigre. Cette égalité, si elle peut être une source d’entente entre deux belles-sœurs, peut aussi être le sujet même d’une mésentente. On aura en effet tendance à se comparer, et donc à jalouser l’autre, et à vouloir faire mieux, ce qui forcément ne débouche pas sur une relation saine.

Trouver chacune sa place

Il n’est pas rare que lorsqu’une femme voit débarquer quelqu’un dans la vie de son frère, elle en soit jalouse. Cela ne signifie pas pour autant qu’elle souhaite son malheur, simplement qu’une nouvelle femme va faire son entrée dans sa vie, et pourrait donc doucement l’effacer. C’est en vérité un peu le même problème pour les belles-mères, qui ont le sentiment de voir leur fils leur échapper, à la différence que la belle-sœur peut aussi avoir le sentiment qu’on lui vole sa place vis-à-vis de ses parents.

En effet, elle aura déjà l’impression que sa relation avec son frère lui échappe, mais aussi que ses parents pourraient la préférer à elle, ce qui bien entendu est absolument faux, même s’il est aussi complètement compréhensible de pouvoir penser à ces choses-là.

C’est à ce moment-là que les premières remarques vont donc fuser, ou alors que la belle-sœur va tenter de faire comprendre à son frère le mauvais choix qu’il est en train de faire. Même si une telle action pourrait sembler très mesquine, elle n’est pas toujours motivée par une volonté de blesser, simplement par un sentiment égoïste de retrouver sa vie d’avant, avec un peu de nostalgie.

Comment réagir en cas de mésentente ?

On choisit de vivre avec son conjoint, et pas avec sa belle-famille. Il n’est donc pas nécessaire de prendre trop à cœur cette relation, puisque même si ce genre de situation peut être très pénible, vous n’aurez pas non plus l’occasion de voir tous les jours votre belle-sœur en temps normal. Contentez-vous donc d’être polie et courtoise, dans la limite du possible. Il ne s’agit pas ici de se faire de grandes embrassades si le courant ne passe vraiment pas, simplement de faire en sorte qu’elle n’ait pas à vous reprocher votre attitude. Il ne faut pas non plus oublier qu’il s’agit de la sœur de votre conjoint, et qu’il est donc important qu’il y ait du respect entre vous.

Il n’est pas rare que les belles-sœurs ne se supportent vraiment pas, ce qui peut créer de véritables tensions dans la belle-famille, mais aussi au sein de couple. Encore une fois, le mot d’ordre reste bien entendu la communication, principalement avec son conjoint. En effet, il doit connaître votre position et votre ressenti vis-à-vis de la situation pour tenter de régler au mieux la situation. Il ne faudrait pas non plus arriver à un point de non-retour où les assiettes vont voler durant un repas de famille accompagnées de jolis noms d’oiseaux. Parlez-en en toute honnêteté avec votre conjoint, tout en gardant à l’esprit qu’il s’agit de sa sœur et qu’il faut donc respecter ses sentiments envers elle. Il peut très bien s’agir d’un malentendu, ou alors d’une différence de caractère qui fait simplement que vous ne parvenez pas à vous comprendre toutes les deux. Et si vraiment les choses ne passent pas, il vaut donc mieux limiter les moments où vous êtes susceptibles de vous croiser. Cela ne signifie pas pour autant que votre conjoint aussi doit se priver de ces moments, simplement qu’il verra plus souvent sa sœur seul, pour éviter qu’une dispute n’éclate.

Gardez en tête que les relations humaines évoluent continuellement, alors qui sait, peut-être qu’un jour vous deviendrez de vraies copines ?

Sources : Maman Vogue, L’Express

Articles liés :

Une femme de 50 ans a donné naissance à l’enfant de son fils et de sa belle-fille

Faire garder ses enfants par les grands-parents : bonne ou mauvaise idée ?

Famille recomposée : comment y parvenir ?