in

Rot : que faire lorsque bébé n’y parvient pas

Crédits : iStock

Après chaque repas de bébé, il y a un geste qui est essentiel pour lui et sa bonne digestion : c’est le rot. Seulement, certains enfants ont plus de mal que d’autres à y parvenir, ce qui peut poser un certain nombre de problèmes, et notamment des régurgitations. Les parents doivent donc faire de leur mieux pour y arriver.

Des gestes à avoir dès la tétée

Pour assurer à votre bébé de faire son rot, il est important d’appliquer une certaine routine, et ce dès la tétée, afin de lui garantir ensuite une bonne digestion :

  • Avant même de lui donner à manger, il est important de ne pas laisser votre bébé pleurer trop longtemps. En effet, il pourrait alors avaler beaucoup d’air, ce qui risque ensuite de compromettre le rot.
  • La position doit également être prise au sérieux au moment de la tétée, afin encore une fois d’éviter à l’air de passer. Ainsi, il est nécessaire de positionner votre bébé très haut sur votre bras, le plus près de votre buste.
  • Le choix de la tétine a également son importance. Il est donc nécessaire d’en prendre une qui permet un débit lent.
  • Si votre enfant a du mal à faire son rot, il faut peut-être penser à fractionner ses repas afin qu’il ne mange pas trop d’un coup.
  • Vous pouvez également faire une pause au milieu de la tétée afin de laisser le temps à votre bébé de se reposer.
  • Le biberon doit être suffisamment incliné afin que la tétine soit toujours remplie de lait.
  • Si votre bébé est allaité, vous devez alors veiller à ce qu’il ait tout le sein dans la bouche, et que sa lèvre inférieure est bien repliée sur son menton.

Si votre enfant ne fait pas du tout de rot, ce n’est pas pour autant une raison de s’inquiéter, le principal est en effet de rester patient. Le mieux dans cette situation est donc d’attendre plusieurs minutes avant de le recoucher, afin qu’il ne ressente aucune gêne.

Sources : Enfant, Parents

Articles liés :

6 façons d’utiliser son coussin d’allaitement

Pics de croissance : comment les gérer ?

Allergie aux protéines de lait de vache chez l’enfant : les 5 choses à savoir