Le spasme du sanglot : un phénomène qui peut inquiéter

Crédits : iStock

En tant que parent, vous avez très certainement déjà été confronté à cette situation déstabilisante, mais surtout extrêmement effrayante : le spasme du sanglot. Cela se manifeste par beaucoup de pleurs, à tel point que le bébé n’arrive même plus à reprendre sa respiration. Dans les cas les plus extrêmes, votre enfant pourrait même perdre connaissance. Quelles sont les causes de ce spasme du sanglot et comment réagir lorsqu’il se manifeste ?

Quelle est la raison du spasme du sanglot ?

Généralement, le spasme du sanglot intervient à la suite d’une émotion très forte pour l’enfant. Et puisque l’enfant peut encore avoir du mal à communiquer, il le fait à travers les pleurs. Seulement, dans le cas de spasmes du sanglot, le phénomène est bien plus impressionnant, car les pleurs vont devenir de plus en plus rapides et saccadés, à tel point que l’enfant va avoir du mal à retrouver sa respiration.

Il existe différents types de crises : dans la majorité des cas, l’enfant ne parvient pas à se calmer et aura de plus en plus de mal à respirer, à tel point que son visage va presque virer au bleu. Ses yeux peuvent également se révulser et ses extrémités convulser. Dans des cas plus rares, l’enfant peut aller jusqu’à perdre connaissance, ce qui peut être le résultat d’un choc violent à la tête.

Quelle réaction adopter ?

En tant que parent, vous devez impérativement garder la tête froide et ne pas perdre votre calme. Il n’est pas toujours nécessaire d’appeler un médecin : contentez-vous de rester près de votre enfant et de lui tapoter les joues, voire même de lui mouiller le visage. Vous avez cependant tout intérêt à évoquer cette crise au prochain rendez-vous avec le pédiatre.

Comment éviter que cela se reproduise ?

En règle générale, ces crises interviennent surtout durant la période d’opposition de l’enfant, c’est-à-dire aux alentours de ses 18 mois. Cependant, les spasmes du sanglot peuvent aussi intervenir dès 5 mois, et ce, jusqu’à 6 ans. Pour éviter que cela ne se reproduise, vous devez faire en sorte de ne pas mettre trop de pression sur l’enfant, à savoir ne pas toujours en attendre trop de lui ou même de trop le couver. Ces crises apparaissent généralement lorsque ce dernier ressent trop de pression et ne sait plus comment l’évacuer.

À la suite de la crise, tentez de le calmer et de lui parler afin de lui expliquer ce qui vient de se passer et les raisons de ce comportement. L’enfant doit pouvoir se sentir compris dans ce genre de situation et ses parents doivent aussi pouvoir se remettre en question afin d’aborder le problème d’une façon différente la prochaine fois.

Sources : Parents, Naître et grandir, MagicMaman

Articles liés :

Pleurs de bébé : comment les décoder ?

Naissance : le premier cri de bébé

Caprices : comment les gérer ?