Vers une réforme du congé paternité ?

Crédits : iStock

Le congé paternité n’aura jamais fait autant parler en France. En effet, depuis quelques semaines, il est au cœur de nombreux débats : faut-il le rallonger, le rendre obligatoire ou le laisser tel quel ? Quoi qu’il en soit, Marlène Schiappa a annoncé qu’il ferait l’objet d’un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales.

Un pas de plus vers l’égalité

L’égalité entre hommes et femmes est plus que jamais au centre de tous les débats. Chacun tente à sa manière de pencher vers des comportements égalitaristes et cela passe aussi par l’allongement du congé paternité, voire même son obligation. En effet, aujourd’hui, le congé paternité se compose de onze jours consécutifs pour une naissance simple, et de dix-huit jours consécutifs pour une naissance multiple. S’ajoute à cela trois jours de congé de naissance, et donc en somme un bien maigre répit pour ces messieurs au regard du bouleversement que représente une naissance dans leur vie. Surtout que dans la pratique, tous ne les prennent pas, ou du moins pas complètement. Un véritable problème, puisque ces journées sont complètement perdues, et ces jeunes papas ne profitent donc pas des premiers instants auprès de leur nouveau né. Mais ce n’est pas tout, car le congé paternité est également une façon d’améliorer l’égalité entre les hommes et les femmes. En effet, toutes les jeunes mamans sont d’accord pour dire que les premiers jours à la maison après la naissance d’un bébé sont loin d’être de tout repos : difficulté à prendre ses marques, fatigue, chute d’hormones, etc. En soi, une paire de mains en plus n’est vraiment pas négligeable.

Et c’est en fait ici qu’intervient le principe d’égalité entre hommes et femmes. En effet, un père qui prend le temps de s’occuper de ses enfants, au même titre que la mère, aura donc moins tendance à compter sur elle. Celle-ci pourra donc se consacrer, à parts égales avec le père, à sa carrière professionnelle. Aujourd’hui, de nombreuses femmes appréhendent le moment d’annoncer à leur patron leur grossesse, ou choisissent alors d’attendre le plus longtemps possible avant de se lancer dans l’aventure de la maternité afin de ne pas compromettre leur carrière. Sans oublier les femmes qui se font tout simplement licencier à l’annonce de leur grossesse. Une situation parfaitement aberrante qui démontre bien le climat inégalitaire entre homme et femme face à la parentalité.

Congé paternité plus long et obligatoire

Une partie du congé maternité est obligatoire afin que les employeurs ne puissent pas faire pression sur les femmes lors de leur grossesse. L’idée pourrait donc être la même avec le congé paternité, ce qui éviterait aux jeunes papas de se priver de ce moment important par peur de perdre leur emploi. Mais il y a aussi la stigmatisation, encore bien trop présente, qui donne souvent aux pères l’impression qu’ils ne sont pas légitimes en demandant leur congé paternité.

Selon la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, l’allongement de ce congé paternité pourrait également être discuté. En effet, 11 jours seulement pour accueillir un enfant, prendre ses marques, mais aussi continuer à effectuer les tâches quotidiennes de la maison, ce n’est pas beaucoup. D’autant plus que nombreux sont les hommes qui souhaiteraient passer plus de temps avec leur nouveau-né. Ce point-là pourrait donc aussi être modifié.

La question de l’indemnisation de ce congé est également au centre du débat, et devrait aussi être revue, puisqu’il est actuellement très mal rémunéré : il ne peut pas dépasser le plafond mensuel de la sécurité sociale, sachant qu’en plus, la CPAM retire un taux forfaitaire de 21 % sur cette somme. C’est la raison pour laquelle de nombreux pères préfèrent poser des RTT ou des congés afin d’être mieux rémunérés, mais aussi profiter plus longtemps.

Sources : TerraFemina, France Inter, RTL

Articles liés :

Une entreprise propose 10 semaines de congé parental pour ses employés

Zoom sur le congé paternité chez nos voisins européens

Congé paternité : tout ce qu’il faut savoir