Coparentalité : est-il bien possible d’élever des enfants ensemble sans former un couple ?

Crédits : iStock

Pendant longtemps le modèle de la « famille idéale » était composé d’un couple hétérosexuel et d’au moins deux enfants. Si d’autres types de familles ont toujours existé, il s’agissait généralement de cas marginaux qui se cachaient par peur du jugement et du regard des autres. Mais depuis peu, et notamment grâce à la légalisation du mariage pour tous, il est possible de voir fleurir toutes sortes de nouveaux schémas familiaux, comme la coparentalité qui revient à élever un ou plusieurs enfants ensemble sans pour autant former un couple amoureux.

Qu’est-ce que la coparentalité ?

Généralement, la question d’avoir ou non un enfant se pose au sein d’un couple et concerne donc dans la majorité des cas un projet qui se fait entre deux personnes qui s’aiment et qui souhaitent fonder une famille. Seulement, tout ne se passe pas toujours comme prévu dans la vie et certaines personnes peuvent ressentir un besoin urgent de fonder une famille sans avoir trouvé l’âme sœur pour partager cette folle aventure. Il faut donc réfléchir à des solutions alternatives pour réaliser ce projet malgré tout.

C’est donc la raison pour laquelle certains font le choix de la coparentalité. Il s’agit d’un concept qui revient à élever un ou plusieurs enfants sans former un couple amoureux. Il n’y a aucune règle stricte de la coparentalité : il peut y avoir deux ou plusieurs parents qui élèvent les enfants (même si légalement un enfant ne peut avoir que deux parents au maximum) et la famille peut vivre ensemble ou séparément en mettant en place une garde alternée. Il est par ailleurs possible de le faire avec une ou plusieurs connaissances ou au contraire avec de parfaits inconnus.

La coparentalité : le modèle idéal ?

La coparentalité peut se mettre en place sous la forme d’un contrat (qui n’est pas nécessairement quelque chose d’officiel et de légal) qui permet aux parents d’imposer leurs conditions et ainsi de prévoir l’avenir le mieux possible. Il s’agit de quelque chose que la plupart des couples qui décident d’avoir des enfants ne font pas forcément, ce qui peut conduire à certaines tensions. L’avantage de la coparentalité est surtout que des questions qui concernent notamment l’éducation sont abordées avant même la conception de l’enfant. Ainsi, il n’y a pas de mauvaises surprises au moment venu.

La coparentalité permet également aux parents d’avoir une certaine distance afin d’éviter de faire intervenir les sentiments dans la relation. En effet, si dans les familles « traditionnelles », les divorces sont monnaie courante, la coparentalité permet d’éviter ce genre de séparation et de tensions qui peuvent compliquer la relation de parent.

Il est difficile aujourd’hui de savoir si la coparentalité est une alternative réellement bénéfique pour les familles concernées, car très peu d’études sont menées sur le sujet et que les familles ayant fait ce choix sont encore rares. Certains peuvent voir ce principe comme quelque chose de froid qui impose une certaine distance alors que d’autres au contraire y trouvent tous les avantages de la vie de famille sans les inconvénients de la relation amoureuse. Bien évidemment, l’intérêt des enfants reste le plus important dans ce cas de figure et comme dans toutes les familles, il est nécessaire de jouer la carte de la transparence et de l’honnêteté avec eux.

Qu’en est-il de la loi ?

Légalement, un enfant ne peut avoir que deux parents. Le fait qu’ils soient en couple ou non n’a absolument aucune importance et les circonstances dans lesquelles l’enfant est venu au monde importent peu si cela se fait autour de principes éthiques.

Comme pour les couples séparés ou divorcés, des parents qui ont choisi la coparentalité peuvent très bien vivre séparément tout en préservant la garde et l’autorité parentale.