Échographie 3D : à quoi sert-elle vraiment ?

Crédits : iStock

Depuis plusieurs années, l’échographie 3D permet aux futurs parents de visualiser leur bébé sous une autre facette. Une prouesse technologique qui est forcément très impressionnante, puisqu’elle permet, avant même sa naissance, de discerner sur un écran les traits de son visage. Un examen qui est presque devenu systématique, mais qui n’a pourtant rien d’obligatoire. 

Comment fonctionne l’échographie 3D ?

Contrairement à une échographie classique, l’échographie 3D n’a qu’une fonction esthétique. En effet, si la première va permettre, grâce à un flux d’ultrasons émis par la sonde du médecin, de pénétrer dans chaque tissu et ainsi de voir de près tous les organes afin de s’assurer qu’il n’y a aucune anomalie, la seconde n’a absolument aucun but médical. Pour réaliser une échographie 3D, le médecin va s’équiper d’une sonde bien particulière et d’un système de reconstruction d’images qui va permettre de distinguer l’enfant en 3D sans pour autant voir ses organes. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle n’est pas considérée comme un examen médical, mais plutôt un examen « esthétique ».

Si l’échographie 3D ne permet que de capturer des images, l’échographie 4D a pour fonction de visualiser le bébé en trois dimensions en temps réel et en mouvement. D’ailleurs, lorsqu’on parle d’échographie 3D, c’est bien souvent pour faire référence à l’échographie 4D, qui est bien plus pratiquée.

Quel est l’intérêt d’une échographie 3D ?

Puisque ce genre d’échographie n’a absolument aucun but médical, elle est surtout proposée aux parents afin de leur permettre de visualiser pour la première fois leur bébé, et donc ses traits dans les moindres détails. Un moment souvent très attendu, car c’est un véritable rendez-vous avec leur enfant et l’occasion de voir pour la première fois ses petites mimiques.

La faire dans les meilleures conditions possible

Pour que l’échographie 3D soit réellement efficace aux yeux des futurs parents, elle doit être faite au bon moment. Inutile de la prévoir au cours du premier trimestre de grossesse, car vous ne pourrez absolument rien voir tant le fœtus est encore petit. Il est donc conseillé de la faire entre la 15e et 35e semaine de grossesse.

Si le but principal de cette échographie est esthétique, elle ne doit pas pour autant être pratiquée par n’importe qui. En effet, cet examen est devenu très tendance, à tel point que certains cabinets proposent cette prestation alors que leur personnel n’est absolument pas formé à l’échographie fœtale. Ces séances commerciales peuvent aussi coûter excessivement cher par rapport aux tarifs normaux et exposer trop longtemps l’enfant aux ultrasons dans l’unique but d’obtenir de belles images.

En ce qui concerne les tarifs, vous devez savoir que contrairement aux trois échographies obligatoires au cours de la grossesse, celle-ci n’est absolument pas prise en charge par la Sécurité sociale. Comptez donc entre 50 et 150 euros la séance.