in

Enfants youtubeurs : quelles sont les limites ?

Crédits : iStock

Nous vous parlions il y a quelques jours de la fermeture par Youtube de la chaîne d’un père de famille qui avait la fâcheuse tendance d’humilier ses deux filles dans des vidéos. Il faut savoir que la tendance des enfants sur Youtube ne concerne pas seulement les États-Unis, mais que la France aussi a déjà ses jeunes youtubeurs en herbe. Alors bonne ou mauvaise idée ?

Le numérique accessible à tous

Tout le monde ou presque a forcément déjà entendu parler de la folie des youtubeurs et de l’engouement qu’ils peuvent provoquer chez les plus jeunes, devenant les nouvelles stars du XXIe siècle. Même si la plupart ont commencé adolescents, ils sont aujourd’hui une très grande majorité à avoir grandi devant leur caméra, dans leur chambre, en partageant avec leurs abonnés leurs dernières astuces et coups de cœur. Seulement, récemment, Youtube a pris un nouveau virage et ses utilisateurs semblent être de plus en plus jeunes. Il n’est donc pas rare de trouver des vidéos de très jeunes enfants, à destination d’autres enfants, qui jouent, ouvrent des cadeaux ou partagent leurs journées.

À l’image de la chaîne Studio Bubble Tea dans laquelle il est possible de suivre chaque jour les aventures de Kalys et Athéna, âgées respectivement de 9 ans et 4 ans, les vidéos dans lesquelles les enfants sont exposés fleurissent sur Youtube. Généralement, les premières vidéos postées par ces enfants (ou plutôt par les parents de ces enfants) consistaient simplement à les regarder pendant plusieurs minutes déballer des cadeaux, découvrir des jouets et les tester devant la caméra. Au fil du temps, les chaînes ont évolué et le quotidien de ces enfants également, puisqu’il est maintenant possible de les suivre dans les plus grands parcs d’attractions ou encore faire des activités diffusées dans des « vlogs », qui sont de courtes vidéos dans lesquelles les protagonistes embarquent leurs abonnés avec eux le temps d’une journée. Dans un même temps, et à mesure que la chaîne gagne en nombre de vues, le nombre d’abonnés grimpe lui aussi. Pour prendre l’exemple de la chaîne Studio Bubble Tea, elle comptabilise aujourd’hui plus d’un million d’abonnés, avec une moyenne d’une à deux vidéos postées chaque jour.

La question de la rémunération

À un tel stade, et avec autant de vues et d’abonnés, se pose bien évidemment la question de la monétisation de ces vidéos. En effet, le système de Youtube permet aux propriétaires de chaînes plus ou moins connues de gagner de l’argent grâce aux vidéos, et plus précisément à la publicité diffusée avant ou pendant ces dernières. Impossible cependant de savoir réellement ce que ces vidéos rapportent à ces familles, mais la question du travail des enfants se pose alors. En effet, à partir du moment où des revenus sont générés par une activité, il est alors obligatoire de la déclarer. Seulement ici, ce sont les enfants qui sont à l’origine de ces revenus. Difficile donc de savoir si ce genre d’activité est réellement légale. Il est cependant nécessaire que l’enfant continue de le voir comme un loisir et une activité qu’il fait avec plaisir, plutôt qu’une corvée qu’il se sent obligé d’effectuer.

Un phénomène vraiment nouveau ?

Derrière ces milliers de vues se cachent bien évidemment des centaines d’autres enfants qui deviennent au fur et à mesure des vidéos des abonnés fidèles, des fans en d’autres termes. S’accompagne donc la notoriété de ces enfants, qui sont exposés quotidiennement sur internet et dont les visages sont connus par des milliers de personnes.

Mais finalement, lorsqu’on y pense bien, le phénomène d’enfant star n’est pas si nouveau que cela. En effet, toutes les générations ou presque ont eu droit à une idole de leur âge (Vanessa Paradis, Elsa, Lorie, Pricilla, Alizée…), plus ou moins jeune, mais qui a été très tôt mis sous la lumière des projecteurs. Le phénomène ne semble donc pas si inédit que cela, simplement différent. Mais comme pour ces très jeunes stars de l’époque, il est primordial que ces petits youtubeurs soient très bien accompagnés et encadrés pour éviter toute dérive.

Sources : 20 Minutes, MademoiZelle, Le Journal des Femmes

Articles liés :

Comment gérer l’utilisation des écrans par vos enfants ?

Exposer ou non le visage de ses enfants sur les réseaux sociaux

Écrans et jeux-vidéos : comment éviter que son enfant ne devienne accro ?

Enfants youtubeurs : quelles sont les limites ?
Notez cet article