Grossesse tardive : les 8 idées reçues

Crédits : iStock

Si en règle générale, la grossesse a tendance à alimenter toutes les idées reçues, les rumeurs et les croyances parfois très bancales, certaines grossesses bien spécifiques sont encore plus sujettes à de fausses idées. C’est notamment le cas des grossesses tardives, qui sont généralement considérées comme à risque, et qui ont tendance à faire beaucoup parler. Seulement, il est aussi important de rétablir une certaine vérité à ce sujet, puisque même si certaines inquiétudes sont justifiées, d’autres au contraire n’ont pas lieu d’être.

Le vrai

1) Il y a plus de risque de fausse couche

Il est vrai qu’après 35 ans, une femme a plus de risque de faire une fausse couche, particulièrement durant le premier trimestre de grossesse. En effet, plus l’âge de la future maman est avancé et plus il est possible de faire face à des problèmes d’ordre chromosomiques, notamment à cause de la qualité des ovocytes qui est en baisse.

2) Des risques d’hypertension plus fréquents

Si les grossesses tardives sont si surveillées, c’est aussi parce que la tension peut jouer des tours. Au fil du temps, les artères vont en effet perdre de leur souplesse, ce qui risque donc d’entraîner de l’hypertension et peut être très dangereux durant la grossesse. Dans ce genre de cas, il est donc vivement conseillé de ne plus faire d’efforts, et de se reposer le plus possible. La nourriture devra aussi être surveillée de près, afin d’éviter les plats trop salés.

3) Un diabète gestationnel possible

L’âge a également un impact sur le diabète gestationnel, puisque le risque devient deux fois plus élevé après 35 ans. C’est aussi la raison pour laquelle ce genre de grossesse est plus surveillé que pour une femme plus jeune. Le diabète gestationnel apparaît généralement aux alentours de 26 semaines, et peut provoquer une prise de poids importante pour le bébé, qui rendra l’accouchement difficile.

4) Des accouchements prématurés plus fréquents

Avec tous les problèmes possibles cités plus haut, il n’est en effet pas rare pour une femme de plus de 35 ans d’accoucher prématurément. Ainsi, 16 % des mères de 40 ans et plus accouchent prématurément. Cependant, les femmes qui ont des enfants sur le tard ne sont pas pour autant plus nombreuses à accoucher très prématurément.

5) Une récupération post-partum plus difficile

Bien évidemment, et comme pour beaucoup d’autres activités, l’accouchement devient plus difficile avec l’âge, ainsi que la récupération. La fatigue est généralement bien plus présente, et le corps peut mettre un certain temps avant de s’en remettre pleinement.

enceinte grossesse dos mal douleurs
Crédits : iStock

Le faux

1) Le pied-bot et la fente labiale sont fréquents pour les bébés dont la maman accouche après 40 ans

Aucune étude n’a pour le moment démontré un quelconque rapport entre ces malformations et l’âge avancé ou non de la jeune maman.

2) Il y a plus de risques d’hémorragie

Différents facteurs peuvent être à l’origine d’une hémorragie au moment de l’accouchement, comme le nombre de grossesses antérieures, ou bien la présence d’un placenta prævia. Seulement, l’âge n’a absolument rien à voir avec cela.

3) Le risque de fausse couche est plus élevé à cause de la fatigue

S’il est vrai qu’une grossesse tardive peut être plus fatigante, cela ne signifie pas pour autant que cette fatigue ait un lien avec le risque de fausse couche. Les fausses couches ont en effet lieu lorsque le fœtus souffre d’une anomalie chromosomique.

Sources : Neuf Mois, L’Express

Articles liés :

Le cerclage pour éviter les risques de fausse couche ou d’accouchement prématuré

Les 6 choses qu’on ne vous dit pas sur la grossesse

Grossesse sous stérilet : des cas rares, mais qui existent