in ,

Plan de naissance : quelle utilité ?

Crédits : iStock

De nombreuses femmes idéalisent leur accouchement et aimeraient donc que toutes les conditions idéales pour elles soient réunies pour ce grand jour. Elles peuvent donc établir un plan de naissance, dans lequel elles informent la maternité où elles vont accoucher de ce qu’elles souhaiteraient pour le jour J. Il s’agit simplement d’un document manuscrit, qui n’a aucune valeur légale, sur lequel chacune de leurs attentes seront énumérées.

À quoi sert un plan de naissance ?

Il est tout d’abord très important pour les deux parents qu’ils soient parfaitement conscients que même s’ils établissent un plan de naissance, il y a de grandes chances pour que rien ne se déroule comme prévu le jour de l’accouchement. Il s’agit simplement de souhaits qui parfois ne sont pas réalisables selon les circonstances.

Le plan de naissance est un très bon moyen pour communiquer avec l’équipe médicale afin que celle-ci sache parfaitement ce que souhaite le couple, et pour qu’elle tente de s’y adapter au mieux. Cela permet ainsi de gagner du temps au moment de l’accouchement, puisque les équipes sauront déjà la marche à suivre, ce qu’elles peuvent faire et ce qui au contraire est à éviter.

Établir un plan de naissance permet également au couple de bien se renseigner sur toutes les possibilités qu’offre l’accouchement et donc d’être paré à toute éventualité. En effet, établir un plan de naissance nécessite de faire plusieurs recherches sur ce que les maternités proposent, ce qu’il est possible de faire et ce qu’il vaut mieux éviter. Ainsi, le couple ne sera absolument pas surpris des techniques employées, ou même d’un revirement de situation, puisqu’il se sera bien documenté auparavant.

Les futurs parents doivent aussi se mettre en tête qu’ils vont devoir être relativement souples par rapport à ce qu’ils ont écrit sur leur plan de naissance en fonction des conditions de l’accouchement. En effet, si les équipes médicales sont débordées, ou que quelques complications surviennent, il faut pouvoir accepter les changements.

Crédits : Pxhere

Il est important de prévenir au préalable les équipes médicales de son souhait d’établir un plan de naissance. Il est donc possible de le faire dès la 36e semaine d’aménorrhée avec le médecin ou la sage-femme. Après l’avoir rédigé, il suffit de le glisser dans la valise de maternité et de donner une copie à une infirmière en arrivant. Il vaut mieux en garder une copie avec soi dans la chambre, puisque les équipes médicales sont susceptibles de tourner.

Même si le plan de naissance peut se rédiger en couple afin de faire participer au mieux le futur papa à cette naissance, la mère doit garder en tête qu’il s’agit de son corps et qu’elle a donc le droit de faire les demandes qu’elle souhaite. Elle ne doit absolument pas être contrainte de faire quoi que ce soit qui la dérange s’il n’y en a pas l’utilité.

Que faut-il y écrire ?

Le plan de naissance peut se rédiger sous toutes les formes, il n’y a absolument aucune règle à ce sujet. Il peut donc se présenter sous forme de lettre, de liste ou tout simplement d’un texte. Il existe d’ailleurs plusieurs modèles qu’il est possible de trouver sur internet afin de s’en inspirer.

Dans le plan de naissance, il est possible de préciser les conditions dans lesquels la maman souhaite que le travail se fasse. Elle peut préciser si elle souhaite une péridurale ou non et, le cas échéant, les différents moyens qu’elle peut utiliser pour supporter la douleur (bain, lumière tamisée, musique, massages, ballon thérapeutique…)

Elle peut aussi préciser dans quelles conditions elle souhaite accueillir son bébé : si le papa souhaite couper le cordon, si elle préfère attendre que le cordon cesse de battre avant de le couper, si elle veut profiter d’un moment en peau à peau à sa sortie, si elle souhaite un moment où la nouvelle petite famille reste seule après l’accouchement. Il est aussi possible d’émettre des souhaits quant à la suite du séjour à la maternité (si la maman souhaite allaiter exclusivement ou au contraire utiliser du lait infantile, si elle souhaite passer sa première nuit avec son bébé…). Les possibilités d’un plan de naissance sont infinies et il existe d’ailleurs autant de plans de naissance que d’accouchements. Il faut simplement que les demandes soient réalisables.

Sources : Naître et Grandir, Marie Fortier, Maman pour la vie

Articles liés :

Les cours de préparation à l’accouchement pour être prêts le jour J !

L’hyperemesis gravidarum : quand les nausées de début de grossesse sont ingérables

Les dangers du tabac pendant la grossesse