in ,

Des peluches conçues pour apaiser les bébés prématurés

Crédits : Pexels/Andreas Wohlfahrt
Des peluches conçues pour apaiser les bébés prématurés
noté 5 - 1 vote

L’idée est apparue au Danemark, lorsque des études ont démontré que les peluches en forme de poulpe procuraient de nombreux bénéfices aux nouveau-nés et notamment aux prématurés. Depuis, de nombreux hôpitaux se fournissent en peluches crochetées représentant cet animal marin.

Tout a commencé en 2013, lorsqu’une femme danoise a crocheté une petite pieuvre pour un bébé né prématurément. La peluche a été placée dans la couveuse avec le bébé : il était un peu plus calme, tirait moins sur les tuyaux et sur les sondes. Suite à cela, au Danemark et en Suède, le projet “The Octo Project” s’est créé et de nombreuses femmes se sont mises à crocheter, puis à constater les mêmes résultats.

En 2014, l’association Petite Pieuvre Sensation Cocon a vue le jour en France dans le but de faire connaître ce phénomène, d’aider les nourrissons grâce à ces petites pieuvres et de permettre aux mamans ou à d’autres personnes d’apprendre à les crocheter correctement.

Quels sont les bienfaits de ces peluches ?

Ces mollusques cotonneux aident les prématurés en les rassurant et en les empêchant de se faire mal avec les nombreux fils qui les entourent dans leur couveuse. En effet, les nourrissons ont tendance à s’accrocher à tout ce qui les entoure, car les prématurés devraient toujours se trouver dans le ventre de leur maman, et par conséquent jouer avec le cordon ombilical. Les tentacules de ces peluches sont ainsi conçus sur le modèle de ce dernier, ce qui permet aux nouveau-nés de s’y accrocher en toute sécurité. De quoi les calmer et les apaiser, et ainsi améliorer leur respiration et leur fonctionnement cardiaque, ce qui à été constaté par des infirmiers.

Sources : Famili, Prima, Science et Avenir

Articles liés :

Une campagne choc pour demander un rallongement du congé paternité pour les pères de bébés prématurés

Choisir un doudou : tout un art !

Accouchement prématuré : des signes qui ne trompent pas