Toucher vaginal pendant la grossesse : est-ce bien utile ?

Crédits : iStock

Durant la grossesse, les examens médicaux sont généralement très nombreux. Si certaines femmes trouvent cela rassurant et s’y plient volontiers, d’autres ont au contraire beaucoup de difficultés à accepter cette intrusion dans leur intimité. Parmi ces examens, on retrouve notamment le toucher vaginal qui est presque systématique pour certains spécialistes. Cependant, est-il réellement utile de le pratiquer à chaque fois ?

En quoi consiste le toucher vaginal ?

Le toucher vaginal est un examen que les femmes ont généralement l’habitude de vivre, même lorsqu’elles ne sont pas enceintes. Pour cela, la patiente est en principe allongée sur le dos sur une table d’examen, les pieds dans les étriers. Le médecin en question, avec des gants stériles, va introduire deux doigts à l’intérieur du vagin. Une pratique bien souvent désagréable pour la femme concernée qui doit impérativement se détendre pour ne pas avoir mal.

Par le biais de cet examen, le médecin va pouvoir constater la position du col de l’utérus, sa longueur, son ouverture, sa consistance ou bien vérifier les parois vaginales. Il peut également sentir l’utérus et les ovaires et vérifier que leur volume est normal.

Durant la grossesse, le toucher vaginal est un examen relativement commun qui peut avoir lieu à chaque rendez-vous chez le gynécologue ou la sage-femme. Généralement, dès la première consultation, le médecin l’effectue dans le but de vérifier qu’il y a bien une grossesse. Dans les mois qui suivent, le toucher vaginal peut permettre de vérifier que l’utérus a un volume normal et ainsi que le bébé grandit bien. Cependant, il n’est pas vraiment recommandé de le pratiquer au cours des derniers mois de la grossesse, particulièrement pour les femmes qui présentent des complications. Le toucher vaginal peut en effet entraîner des risques d’accouchement prématuré dans ce cas de figure.

Le toucher vaginal durant le travail

C’est principalement au cours de l’accouchement que le toucher vaginal est pratiqué. Les sages-femmes ont en effet tendance à en faire régulièrement afin de constater l’avancée du travail. Il est effectivement possible grâce à cela de deviner la maturation du col et à quelle hauteur se situe le fœtus dans sa descente dans le bassin. Il s’agit d’ailleurs d’un examen presque systématique qui peut être fait presque toutes les heures selon les établissements.

S’il est très courant, le toucher vaginal, au même titre que tous les examens médicaux, n’est absolument pas obligatoire et ne doit pas être imposé. Les médecins doivent systématiquement demander l’autorisation à la femme en question avant de le pratiquer et ainsi obtenir son consentement. Le toucher vaginal est un acte pratique pour l’équipe médicale qui s’assure ainsi du bon suivi de l’accouchement, mais n’est pas pour autant indispensable. Si vous ne vous sentez vraiment pas à l’aise avec cet acte, vous devez en parler. Ainsi, l’équipe médicale pourra s’adapter le jour J.

Sources : Neuf mois, Parents, Esprit bébé

Articles liés :

Accouchement : les 6 questions à se poser pour trouver la bonne maternité

Gynécologue : 5 conseils pour bien choisir le vôtre

Grossesse : les 6 examens que vous allez vivre