Grossesse : pourquoi ne pas tenter l’hypnose ?

Crédits : iStock

Dans le domaine médical, l’hypnose est de plus en plus utilisée et appréciée, aussi bien par les médecins que les patients eux-mêmes, puisqu’elle permet d’éviter une anesthésie qui peut avoir de lourdes conséquences sur la santé. Si elle est encore peu répandue, l’hypnose pourrait bien séduire aussi les futures mamans, qui peuvent en faire usage tout au long de la grossesse pour différentes raisons. En effet, on sait déjà qu’il est possible d’accoucher sous hypnose, mais il semblerait que cette méthode soit également bénéfique au cours des neuf mois qui précèdent le jour J.

Le recours à l’hypnose au cours de la grossesse

L’hypnose peut être utilisée à tout moment de la grossesse pour différentes raisons :

  • Pour traiter les maux de grossesse : vous n’êtes pas sans savoir que le fait d’être enceinte s’accompagne souvent de nombreux maux, plus ou moins faciles à gérer. Les hormones sont en ébullition et le corps en plein changement, ce qui a forcément un impact (souvent négatif) sur vous. Pour en venir à bout, vous pouvez donc vous tourner vers cette méthode considérée comme une médecine douce, naturelle et souvent très convaincante.
  • Pour lutter contre la peur de l’accouchement : accoucher n’est pas vraiment une partie de plaisir, ce qui peut forcément inquiéter plus d’une femme. Si vous êtes concernée, vous devriez vous tourner vers l’hypnose afin de mieux appréhender ce moment en vous sentant plus sereine. On sait déjà que l’hypnose permet de se débarrasser de certaines phobies, l’accouchement ne fait pas exception.

L’hypnose pour préparer l’accouchement

Aujourd’hui, de nombreuses techniques sont proposées aux femmes pour se préparer à l’accouchement, notamment l’hypnose prénatale. Elle est particulièrement recommandée aux jeunes femmes qui appréhendent le moment de l’accouchement afin de leur permettre de prendre pleinement conscience de leur corps, mais aussi de leurs capacités. En effet, grâce au pouvoir de l’inconscient, les futures mamans vont pouvoir avoir une perception très fine de toutes les sensations de leur corps, ce qui est un vrai plus lorsque le travail se déclenche.

Le plus souvent, c’est une sage-femme formée à l’hypnose qui dirige ces séances. Il est d’ailleurs conseillé d’en suivre environ quatre d’une durée de 1 heure 30 à 2 heures chacune. Elles peuvent être individuelles ou collectives, et débutent généralement par un temps de parole au cours duquel la future maman va pouvoir expliquer ses doutes et ses peurs. S’en suivent un moment de relaxation, puis la séance d’hypnose durant laquelle le praticien va tenter d’amener la jeune femme vers des pensées positives. Progressivement, il va essayer de la ramener vers des événements de son passé qui peuvent être la cause du malaise qui l’amène à pratiquer l’hypnose.

Il est également tout à fait possible de pratiquer l’hypnose prénatale dans le but d’accoucher naturellement, et donc sous hypnose. Il s’agit là d’une façon de prendre pleinement conscience de son corps et de ses capacités afin d’être vraiment actrice de son accouchement.

Il n’y a absolument aucune contre-indication à pratiquer l’hypnose enceinte et il est même possible de le faire accompagné du futur papa.