in

Grossesse : quels sont les aménagements possibles au travail ?

Crédits : iStock

La grossesse n’est pas pour autant un motif pour ne plus aller travailler si cette dernière ne présente aucune complication. Ainsi, avant de commencer votre congé maternité, vous devez continuer de vous rendre sur votre lieu de travail malgré votre ventre qui ne cesse de s’arrondir. Mais, puisqu’il s’agit tout de même d’un état relativement particulier, la loi prévoit quelques aménagements pour les futures mamans afin de leur faciliter la vie, mais aussi pour éviter de mettre leur santé ou celle de leur bébé en danger.

Un temps de travail partiel

Rien de très surprenant à cela, puisque même si vous n’attendez pas un enfant, vous avez tout à fait le droit de demander à votre employeur de passer à un temps partiel de travail. Et, comme pour une personne qui n’est pas enceinte, ce dernier est en droit de vous le refuser. Cependant, la situation n’est pas tout à fait la même si vous avez un enfant de moins de trois ans en plus de votre grossesse actuelle. Dans ce cas de figure, vous entrez dans le cadre du congé parental d’éducation à temps partiel.

Changer de poste de travail

Grâce à un accord de votre médecin, vous pouvez en effet demander à votre employeur de changer votre poste de travail si ce dernier n’est pas adapté à votre grossesse. Ce changement peut également avoir lieu à la demande de l’employeur lui-même sur les recommandations du médecin du travail. Quoi qu’il en soit, cette modification a lieu uniquement le temps de la grossesse et jusqu’au congé maternité. En effet, à votre retour dans l’entreprise, vous devrez reprendre votre poste de travail d’origine.

grossesse enceinte travail congé
Crédits : iStock

Des rendez-vous médicaux sur les heures de travail

Une femme enceinte peut en effet être excusée si ses rendez-vous médicaux de suivi de grossesse ou la visite prénatale ont lieu sur les horaires de travail. En effet, l’employeur n’aura absolument aucun droit de vous refuser ces absences, mais devra en plus vous les payer comme du temps de travail effectif. Bien évidemment, vous devez tout de même le prévenir au préalable de votre absence afin de ne pas le prendre par surprise. Cependant, les cours de préparation à l’accouchement ou encore ceux chez le kinésithérapeute ne seront absolument pas excusés, et seront ainsi considérés comme des absences. Faites donc plutôt en sorte de les prendre en dehors de vos heures de travail.

Qu’en est-il du travail de nuit ?

Travailler la nuit est tout à fait autorisé pour une femme enceinte. Cependant, vous ne devez pas travailler plus de 10 heures par jour et veiller à ne pas être exposée à des produits dangereux ou chimiques. Le travail de nuit peut être compatible avec la grossesse si le médecin l’autorise. Dans le cas inverse, et si ce dernier constate que cette forme de travail n’est pas en adéquation avec une grossesse, il pourra alors demander à l’employeur de changer le poste de la future maman jusqu’à son congé maternité. Cette mesure peut d’ailleurs être prolongée après l’accouchement et au moment du retour au travail, pour une durée qui ne doit pas excéder un mois.

Moins d’heures de travail ?

La loi ne prévoit absolument aucune baisse d’horaires de travail pour une femme enceinte. Cependant, vous avez tout intérêt à vous renseigner sur ce que propose votre convention ou les accords collectifs de votre entreprise, puisque dans certains cas, quelques aménagements peuvent être autorisés, comme des temps de pause ou encore sur la durée du travail.

Source

Articles liés :

Enceinte : 12 conseils pour tenir le coup au travail

Reprise du travail : comment gérer la séparation ?

Travailler à la maison : 7 conseils pour y parvenir avec son bébé

Grossesse : quels sont les aménagements possibles au travail ?
noté 5 - 1 vote