L’hyperfertilité, un mal encore tabou

Crédits : iStock

L’hyperfertilité est un encore terme méconnu pour de nombreuses personnes, et cela est également vrai pour le personnel médical. L’hyperfitilité est pourtant un sujet difficile à aborder pour les femmes qui affirment en souffrir. Elles sont en effet bien souvent partagées entre la sensation de ne pas maîtriser leur corps et la gêne vis-à-vis des couples qui ne parviennent pas à concevoir un enfant.

Un problème qui n’est pas reconnu par la médecine

Même si plusieurs femmes affirment souffrir de l’hyperfertilité, il s’agit d’un mal qui n’est pas reconnu par la médecine. Si on reprend le terme d’hyperfertilité, il signifie en fait simplement qu’une femme a plus de chance de tomber enceinte par rapport à la moyenne établie par la médecine (selon les médecins, il faudrait environ 4 mois pour un couple fertile avant de concevoir un enfant). L’hyperfertilité représenterait donc le fait d’avoir plus de facilité à concevoir. Aujourd’hui, aucune recherche n’a réellement été effectuée sur ce sujet, car les médecins ne considèrent pas que le fait de tomber facilement enceinte est une pathologie. Seulement, pour les femmes qui souffrent de cela, l’hyperfertilité peut être un réel handicap, malgré les contraceptions.

Légende ou réalité ?

Il est pourtant possible de trouver de nombreux témoignages de femmes qui affirment être hyperfertiles, et qui ont donc la possibilité de tomber enceintes très facilement, trop facilement même. Puisque même si pour de nombreuses femmes, avoir un enfant est une chose merveilleuse, le problème qui se pose ici est surtout l’impression de ne pas pouvoir gérer son corps comme on le souhaite.

Il est cependant important de rappeler que la fertilité n’est pas la même entre toutes les femmes et tous les hommes, et que de nombreux facteurs interviennent. L’âge a notamment une grande influence, puisqu’une femme n’a pas la même fertilité à 20 ans et à 40 ans. La dimension psychologique est également à prendre en compte, mais aussi le stress et la fatigue. L’homme aussi peut être mis en cause, puisque tous ces facteurs ont également un impact sur la qualité du sperme. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les médecins préfèrent parler d’hyperfertilité d’un couple plutôt que seulement de la femme, car il y a aussi une question de compatibilité entre les deux membres du couple.

Tomber enceinte sous contraception

Même si aujourd’hui, les contraceptions sont relativement fiables, il est toujours possible de constater quelques exceptions à cette règle. En effet, pour le moment, aucune d’entre elles n’est vraiment fiable à 100 %, ce qui explique des cas de grossesses provenant de femmes qui affirment suivre une contraception. Même si ces cas sont relativement rares, il vaut mieux alors changer de contraception jusqu’à trouver celle qui va réellement convenir.

Un tabou

Même si médicalement, l’hyperfertilité n’est pas reconnue, il est tout de même important de prendre conscience du fait que certaines femmes ont plus de facilité que d’autres à concevoir. Et même si cela peut apparaître comme une chance pour certaines, cela peut aussi se révéler être un véritable handicap pour d’autres. En effet, les femmes se sont longtemps battues afin d’obtenir le droit d’avoir un enfant lorsqu’elles le souhaitent, notamment grâce à la contraception, et le fait de ne pas vraiment pouvoir maîtriser cela peut être très dérangeant, comme une impression que notre propre corps nous échappe.

De plus, ce sujet reste encore très tabou par rapport aux couples qui éprouvent quant à eux des difficultés à avoir des enfants. En effet, sachant qu’aujourd’hui de nombreux couples souffrent d’infertilité, il peut être très mal vu de justement affirmer vivre le contraire, et surtout de mal le vivre.

Sources : MagicMaman, Parents, Passeport Santé

Articles liés :

Avoir un enfant après une ligature des trompes

Oligospermie : un trouble de la fertilité chez l’homme

Conception : l’âge de l’homme aurait des conséquences