in

Accouchement : quand il devient un véritable traumatisme

couple parents triste baby blues dépression traumatisme burn-out parental
Crédits : iStock

Même si l’accouchement est souvent considéré comme le plus beau jour dans la vie d’une femme, certaines ne le vivent absolument pas de la même façon. Un accouchement peut être accompagné de nombreuses difficultés qui rendent le travail long et douloureux. Les médecins peuvent alors prendre certaines décisions dans la précipitation, sans pour autant prévenir la future maman de la suite des événements. Bref, c’est le chaos total, à tel point que certaines en gardent un terrible souvenir, indélébile. 

Un accouchement idéalisé

Bien souvent, l’accouchement est véritablement idéalisé par les futures mamans qui espèrent que tout se passera exactement comme dans leur imagination. Seulement, il est parfaitement impossible de prévoir le déroulé d’un accouchement tant ils sont tous différents. De plus, les choses ont tendance à aller très vite au cours d’un accouchement et de bonnes conditions peuvent rapidement se transformer en vrai cauchemar. L’accouchement est tout de même censé être le plus beau jour de le vie des parents, qui peuvent en fait très rapidement déchanter.

En effet, la jeune maman n’est pas la seule à pouvoir subir un stress post-traumatique lié à l’accouchement. Parfois, les futurs papas se retrouvent eux aussi confrontés à la dureté de l’accouchement, mais aussi à la souffrance de leur conjointe ou encore à l’ignorance du personnel médical. Ce moment qu’un couple souhaite vivre à deux devient en fait un véritable défilé de blouses blanches qui ne prennent pas toujours la peine de se renseigner sur les états d’âme des futurs parents.

La faute au personnel médical ?

Au moment de l’accouchement, les choses peuvent très vite virer au drame si les équipes médicales n’agissent pas rapidement. C’est la raison pour laquelle, dans certains cas, ils ne prennent pas nécessairement la peine de prévenir en détail les futurs parents de ce qu’il va se passer et agissent dans la précipitation. La femme peut clairement se sentir touchée dans son intimité tant les gestes peuvent être mécaniques, voire violents. D’ailleurs, les femmes qui ont vécu un accouchement traumatique ont souvent l’impression qu’on leur a volé ce moment pourtant si précieux.

Les accouchements traumatiques sont souvent le fruit de complications ou de problèmes de santé que le bébé a rencontré lors de sa venue au monde. La peur et la panique que les parents ont pu ressentir à ce moment-là ne cessent de les hanter. Et même si après coup tout va pour le mieux, il reste tout de même le souvenir de cette peur.

Crédits : Pxhere

Il est aussi possible que les parents vivent mal un accouchement à cause d’une grossesse qui a été difficile. En effet, les neuf mois de grossesse ont dû être suivis de près et le risque était toujours présent. L’angoisse est donc à son comble au moment de l’accouchement.

Pour d’autres femmes, un accouchement traumatisant peut être dû à une violence sexuelle dont elles ont été les victimes dans le passé. L’accouchement leur fait donc resurgir certains souvenirs douloureux et ce beau moment sera pour toujours relié à ces mauvais souvenirs.

Comment s’en sortir ?

Pour que l’accouchement ne soit pas un éternel traumatisme et pour que le couple envisage un jour de tenter une nouvelle fois l’expérience, il faut pouvoir se débarrasser de ces sentiments de peur et d’angoisse liés à ce moment.

Les femmes ont souvent beaucoup de mal à s’exprimer et à trouver une oreille attentive pour raconter ce qui leur est arrivé. En effet, l’entourage a tendance à rappeler la chance qu’elles ont d’avoir eu un bébé et que finalement tous les accouchements sont difficiles et douloureux, mais qu’on oublie rapidement. Elles ne sont donc pas toujours prises au sérieux, alors qu’elles ont le plus grand besoin d’écoute. Avant que cela ne tourne à l’obsession et que les souvenirs de cet accouchement ne finissent par gâcher la vie des jeunes parents, il faut pouvoir en parler. Si l’entourage n’est pas réceptif, il est donc conseillé de se tourner vers un psychologue, qui pourra prescrire une thérapie.

Il est important d’en parler le plus rapidement possible à des personnes de confiance afin de ne pas garder pour soi ces mauvais souvenirs. Au fil du temps, ils s’estomperont et pourront même laisser place à un nouveau désir de grossesse !

 

Sources : Maman pour la vie, MagicMaman, Maman Vogue

 

Articles liés :

Comment faire face au baby-blues ?

Le point du mari, une violence obstétricale encore trop méconnue

Épisiotomie : comment prendre soin de sa cicatrice ?

Accouchement : quand il devient un véritable traumatisme
Notez cet article