12 traditions autour de l’accouchement à travers le monde

Crédits : iStock

On le sait : les méthodes d’accouchement en France ont beaucoup évolué au fil du temps. Et pour cause, grâce au progrès médical, les accouchements ne sont plus aussi dangereux qu’auparavant. Même si beaucoup se plaignent à présent d’un accouchement trop médicalisé, l’accouchement traditionnel en France suit plusieurs “règles” : le recours à la péridurale est très fréquent, celui à la césarienne et à l’épisiotomie aussi, et les femmes accouchent généralement en position dite “gynécologique”, c’est-à-dire sur le dos et les jambes écartées. Cependant, les techniques ne sont pas les mêmes en fonction des pays. Voici donc 12  traditions autour de l’accouchement à travers le monde.

1) La tradition chez les indiens Huichol

Vous allez certainement être très surpris par cette tradition relativement violente pratiquée par les indiens Huichol dans la Sierra Madre occidentale, mais qui a pour avantage d’être plutôt égalitaire… En effet, pour que l’homme partage avec sa femme la douleur des contractions, ses testicules sont liés par des cordes dont les extrémités se trouvent dans les mains de la femme. Ainsi, lorsque les contractions sont très fortes et qu’elle souffre beaucoup, elle tire sur la corde, donnant aussi à son conjoint la peine qu’elle ressent. Cependant, pour tenter d’atténuer la douleur, les hommes sont également autorisés à consommer du cactus, connu notamment pour ses vertus hallucinogènes. En faisant souffrir les deux membres du couple, cette tradition permet de mieux savourer la joie qu’est la naissance d’un enfant.

2) La tradition au Maroc

Même si au Maroc il est tout à fait possible d’accoucher dans des cliniques, certaines femmes préfèrent accoucher de façon la plus traditionnelle. Elles font donc appelle à des «accoucheuses», qui sont généralement des femmes âgées qui ont appris le métier sur le tas, et qui sont donc très expérimentées. Pour aider une femme à accoucher, l’accoucheuse lui masse le ventre et la vulve avec de l’huile d’olive. Elle lui prépare également des tisanes de thym, de menthe, de cannelle et de clous de girofle. La femme accouche la tête nue, et seulement vêtue d’une longue tunique. Une corde est également placée au plafond pour que la femme puisse s’aider avec. Aucun homme n’assiste à la naissance de l’enfant. Une fois ce dernier né, il n’est pas lavé, mais seulement essuyé, et des gouttes de citron lui sont mises dans les yeux comme collyre. Après l’accouchement, la femme peut quant à elle rester six jours allongée avec son bébé dans le but de l’allaiter.

3) La tradition en Inde

En Inde, les femmes accouchent généralement chez leur mère lorsqu’il s’agit d’un premier enfant. Pour les suivants, les accouchements doivent se dérouler chez sa belle-famille, mais toujours avec uniquement des femmes. De nombreux rites sont ensuite mis en place, qui ont en commun la symbolique de la dilatation du col de l’utérus : la femme a les cheveux relâchés, ne porte pas de bijoux, et les autres femmes ouvrent les fenêtres et les portes.

Bien évidemment, il est également possible d’accoucher dans une maternité, ce qui devient de plus en plus la norme, et pour cause : le taux de mortalité en couche ou lié aux suites de couches est très élevé, puisque cela concernerait environ 78 000 femmes par an.

4) La tradition au Japon

Même si au Japon, la tradition a longtemps été d’accoucher chez soi, la tendance s’est aujourd’hui inversée et les femmes sont à présent plus nombreuses à accoucher à la maternité. Cependant, les pratiques sont relativement différentes de ce que nous connaissons. En effet, la péridurale n’est pas beaucoup pratiquée, et si c’est le cas, elle est payante en fonction du temps durant lequel elle est utilisée. De plus, les pères ne sont en général pas autorisés à entrer en salle de naissance, et si c’est le cas, ils doivent aussi payer. On constate tout de même que depuis quelques années, les Japonnais tentent de faire bouger les choses.

À la suite de la naissance, et durant tout le séjour à la maternité, le bébé reste dans une grande salle avec tous les autres nouveau-nés, et c’est à la mère de se déplacer pour le nourrir. Une fois rentrés, les parents reçoivent une boîte d’un bois très précieux dans laquelle ils mettront de cordon ombilical pour toujours.