Anéjaculation : tout savoir sur ce trouble sexuel

Crédits : iStock

Les troubles sexuels chez l’homme sont bien souvent des sujets tabous dont personne ne parle, même les personnes directement concernées. Pourtant, il est absolument nécessaire de briser cette honte pour prendre le courage d’en parler rapidement à un médecin. En plus des problèmes de santé qui peuvent y être liés, les troubles sexuels peuvent bien évidemment nuire complètement à la vie sexuelle. Dans certains cas, ils peuvent aussi empêcher une grossesse. Un véritable problème pour les couples qui souhaitent avoir un enfant. On retrouve notamment l’anéjaculation qui se traduit par une absence d’éjaculation.

Qu’est-ce que l’anéjaculation ?

Un homme qui souffre d’anéjaculation ne parvient pas à émettre du sperme alors qu’il a une érection parfaitement normale. Il s’agit d’un trouble relativement rare qui peut parfaitement ruiner la vie sexuelle de l’homme qui en souffre et surtout l’empêcher d’avoir un jour un enfant.

Le sperme est en effet une composition de plusieurs fluides et contient notamment les spermatozoïdes, essentiels à la fécondation. Pour y parvenir, l’homme doit être en érection afin d’éjaculer et ainsi laisser échapper le sperme et donc les spermatozoïdes. Seulement, pour certains hommes, cette étape est difficile, voire impossible : on parle alors d’anéjaculation. Dans ce cas de figure, malgré une érection, l’homme ne parvient pas à éjaculer.

Les explications de l’anéjaculation

On parle d’anéjaculation primaire ou secondaire. Dans le premier cas, cela signifie simplement que l’homme en question en a toujours souffert et qu’il s’agit d’un phénomène récurrent. On parle au contraire d’anéjaculation secondaire lorsqu’elle intervient à un moment clé de sa vie et notamment lors d’une période de stress intense. Il se peut aussi qu’elle apparaisse après un problème ou un traumatisme d’ordre sexuel intervenu dans le passé.

Il existe différents types d’anéjaculation. Certains hommes parviennent en effet à l’orgasme avant même l’éjaculation, ce qui peut justement l’empêcher. Bien souvent, ce sont les personnes qui souffrent de diabète, qui ont déjà subi une chirurgie prostatique ou qui ont des troubles neurologiques de la vessie. Dans ce cas de figure, le sperme part du mauvais côté et se dirige ainsi vers la vessie. Il est donc possible d’en retrouver dans les urines. On parle alors d’éjaculation rétrograde.

Dans d’autres cas, l’orgasme est parfaitement absent au même titre que l’éjaculation. Ce sont généralement les hommes qui souffrent de maladies neurologiques, qui sont sous traitement pour de l’hypertension artérielle ou qui ont subi un acte chirurgical abdominal qui sont concernés.

Enfin, l’anéjaculation peut également n’avoir aucune source physiologique. Certains hommes parviennent en effet parfaitement bien à éjaculer lorsqu’ils se masturbent, mais n’y arrivent pas lors d’un rapport sexuel avec quelqu’un d’autre. Cette situation peut s’expliquer par une peur ou un traumatisme lié à la sexualité. Il est donc nécessaire de consulter un sexologue dans ce cas de figure pour venir à bout de ce trouble.

Est-il possible d’avoir des enfants ?

Selon le type d’anéjaculation, le processus pour avoir un enfant peut changer. Dans les cas d’anéjaculation rétrograde, les médecins peuvent récupérer une quantité de sperme suffisante dans les urines pour ensuite procéder à une insémination artificielle.

Si cela est impossible, différents procédés mécaniques peuvent être utilisés afin de permettre malgré tout une éjaculation (vibromasseur ou électrostimulation endorectale).

Si les médecins ne parviennent à récupérer que très peu de sperme, ils peuvent aussi procéder à une FIV ICSI (fécondation in vitro par injection intracytoplasmique de spermatozoïdes). Cela consiste à injecter un seul spermatozoïde dans un ovule pour ensuite pratiquer une FIV traditionnelle.

Enfin, si aucun de ces moyens n’a permis de récupérer une quantité de sperme suffisante, il est possible de passer par une intervention chirurgicale afin de prélever des spermatozoïdes directement dans les testicules.

Sources : MagicMaman, Doctissimo, Santé Magazine

Articles liés :

Fertilité masculine : est-ce que la taille du pénis compte vraiment ?

Utérus rétroversé : quel impact sur la libido ?

Anorgasmie : tout savoir sur ce trouble qui empêche l’orgasme