Fausse couche : comment s’en remettre ?

Crédits : iStock

On estime à près de 200 000 par an le nombre de fausses couches en France. Il ne s’agit donc pas de cas isolés et cela touche de nombreuses femmes chaque année. Malheureusement, ce phénomène brutal peut être extrêmement difficile à vivre pour un couple.

Fausse couche : un mal pas si rare

On estime qu’environ 15 à 20% des grossesses ne sont pas menées à terme et interrompues par une fausse couche. Cela signifie que l’embryon est expulsé avant le sixième mois de grossesse. Dans deux tiers des cas, cela est lié à une anomalie chromosomique de l’œuf, qui est donc expulsé naturellement par le corps qui sait qu’il n’est pas viable. Même si ce processus est naturel et que le couple sait que si l’enfant avait survécu, il serait né avec un lourd handicap, une fausse couche reste tout de même très difficile à vivre. Elle signifie en effet la fin de cette grossesse et donc son deuil.

Ne pas minimiser la situation

L’entourage a souvent tendance à minimiser ce mal qui est finalement inexplicable lorsqu’on ne le vit pas. Souvent, cela part d’une bonne intention, mais certaines remarques peuvent être très difficiles à entendre. Et même si la fausse couche reste un phénomène relativement commun, il ne faut pas pour autant le minimiser. Lorsqu’un couple se fait à l’idée d’accueillir un enfant, il devient très difficile de faire ensuite une croix dessus et de réaliser que finalement il n’en sera rien. Une fausse couche, même à un stade précoce de la grossesse, reste tout de même la perte d’un enfant que le couple avait déjà idéalisé. Ainsi, une fausse couche peut être mal vécue quel que soit le degré d’avancement de la grossesse.

Cependant, une fausse couche ne signifie pas pour autant que le couple devra faire face à une autre dans le futur. Il y a en effet peu de risques de récidive.

Crédits : iStock

Une tristesse normale

Ainsi, les couples qui font face à une fausse couche ont le droit d’être tristes et doivent d’ailleurs prendre le temps de l’être pour pouvoir parfaitement faire le deuil de cette grossesse et de cet enfant. La fausse couche est bien souvent banalisée par le milieu médical, ce qui peut rendre d’autant plus triste les couples qui doivent y faire face. Ils sont souvent traités comme des patients normaux et leur peine est rarement prise en compte, alors qu’il est nécessaire qu’elle le soit. D’ailleurs, selon une étude de l’Inserm, juste après une fausse couche et dans les trois mois qui suivent, près de la moitié des femmes présentent des signes de dépression. Le manque d’écoute est donc criant et les couples peuvent même ressentir qu’il n’est pas normal qu’ils soient tristes.

En parler

Pour pouvoir faire son deuil et passer à autre chose, il est indispensable pour les deux membres du couple de pouvoir en parler, que ce soit entre eux mais aussi à d’autres personnes. Il faut tout de même être vigilant et ne pas en parler à n’importe qui. En effet, l’entourage a souvent tendance à donner son avis et faire des remarques qui peuvent être déplacées : «ça arrive, ce n’est pas grave», «tu es jeune, tu as encore le temps pour avoir des enfants» ou encore «faites en rapidement un autre, vous oublierez ensuite». Même si ces remarques ne sont pas nécessairement dites dans le but de vexer, elles peuvent être très blessantes. C’est la raison pour laquelle il vaut mieux bien choisir ses interlocuteurs afin de trouver une oreille attentive. Si en parler aux proches se révèle trop difficile, il vaut mieux se tourner vers un spécialiste. Le couple doit également pouvoir en parler et mettre des mots dessus afin de sortir de cette épreuve plus soudé que jamais.

Prendre le temps de se réconcilier

Généralement, les femmes peuvent plus mal vivre une fausse couche que les hommes, puisque leur corps est directement mis en cause. Elles ont pendant un temps porté cette vie et ont également ressenti l’avoir perdu. Il peut donc devenir très difficile de se réconcilier avec ce corps, mais aussi avec soi. L’homme ne doit pas pour autant être mis de côté. En effet, certaines personnes auront tendance à ne pas lui demander comment il se sent, à tort, puisque lui aussi peut très mal vivre ce moment.

Une fausse couche peut également directement mettre en péril le couple, qui peut alors avoir du mal à se retrouver. Sans le vouloir et inconsciemment, les deux membres du couple peuvent alors s’en vouloir de ce qu’il s’est passé. C’est la raison pour laquelle le dialogue est essentiel au sein du couple.

Sources : Top Santé, Psychologies, L’Express

Articles liés :

Le cerclage pour éviter les risques de fausse couche ou d’accouchement prématuré

Déni de grossesse : quand le corps occulte une grossesse

Grossesse nerveuse : les symptômes de la grossesse sans le bébé