Grossesse sous stérilet : des cas rares, mais qui existent

Crédits : iStock

Même si les méthodes de contraception sont aujourd’hui relativement efficaces, il peut encore arriver dans certains cas que des grossesses aient lieu alors que la contraception est minutieusement prise. C’est notamment le cas du stérilet qui présente pourtant une très bonne efficacité, mais qui peut dans de rares cas être inefficace et donc ne pas empêcher une grossesse. Dans ce cas, il est possible de se faire retirer le DIU (dispositif intra-utérin), ou bien être contrainte de poursuivre la grossesse avec.

Le fonctionnement du stérilet en cuivre

Le stérilet en cuivre est en fait constitué principalement de plastique avec deux manchons en cuivre. Et c’est justement le cuivre qui permet de rendre les spermatozoïdes parfaitement inactifs. Il les empêche en effet de remonter dans la trompe pour la fécondation. Il provoque également une réaction inflammatoire dans l’utérus qui va modifier la paroi de l’endomètre et ainsi empêcher la nidation. Plus la surface en cuivre est grande et plus le stérilet en question est efficace. Il existe d’ailleurs plusieurs tailles de stérilet afin de s’adapter à tous les utérus. Ainsi, contrairement à ce que beaucoup de personnes peuvent croire, les femmes qui n’ont pas encore eu d’enfants peuvent parfaitement se faire poser un stérilet.

Ce contraceptif ne bouleverse absolument pas l’ovulation ou les règles car il ne dégage aucun hormone. Les règles ne sont donc pas artificielles et les cycles sont généralement réguliers.

Le fonctionnement du stérilet aux hormones

Le stérilet hormonal contient une hormone progestative qui va être diffusée dans le corps en continu et à faible dose. Il va permettre d’épaissir les sécrétions du col de l’utérus afin d’empêcher les spermatozoïdes de passer.

Comme il contient des hormones, ce type de DIU permet aussi de réguler les cycles menstruels ainsi que le flux des règles. Certaines femmes vont alors avoir des cycles plus ou moins réguliers quand d’autres n’auront plus du tout leurs règles durant plusieurs mois.

Comme le stérilet en cuivre, ce dernier porte assez mal son nom et a souvent mauvaise réputation à cause de cela. Les médecins préfèrent en effet le nommer DIU car il ne rend absolument pas stérile. On retrouve cependant des effets secondaires similaires à une pilule contraceptive à cause des bouleversement hormonaux qu’il peut entraîner.

Risque de grossesse extra-utérine

Même si le stérilet, également appelé DIU, est un moyen de contraception très efficace, il n’est pas fiable à 100 %, comme la plupart des autres méthodes contraceptives. Il y a donc toujours un risque de tomber enceinte. Mais rassurez-vous, ils restent tout de même très faibles, puisque sous DIU en cuivre, on constate seulement 1 grossesse sur 125 femmes sur une année. En ce qui concerne le stérilet hormonal, on estime que seulement 1 femme sur 500 chaque année a des risques d’être enceinte en le portant. Il n’y a donc pas de raison de s’alarmer. Mais il est aussi tout à fait possible de faire partie de ce très faible pourcentage, et donc de découvrir une grossesse sous DIU.

Si c’est le cas, il faut rapidement prendre rendez-vous chez son gynécologue. Si vous souhaitez poursuivre cette grossesse, ce qui est tout à fait possible, il va donc falloir procéder à une échographie afin de voir s’il ne s’agit pas d’une grossesse extra-utérine, c’est-à-dire qui se développe à l’extérieur de l’utérus, car elles sont plus fréquentes lorsqu’il y a un DIU. Encore une fois, il est important de prendre cette information avec beaucoup de recul, puisque même si cette possibilité est envisageable, il ne s’agit pas pour autant d’une règle universelle. En effet, ce phénomène ne concerne qu’une grossesse sur 7, au lieu d’une grossesse sur 20 pour les femmes qui ne portent pas de DIU. Cependant, il faut se souvenir qu’il est déjà rare d’être enceinte sous DIU, une grossesse extra-utérine sous DIU est donc rarissime. Si tel est le cas, il est généralement possible de le savoir à cause des saignements que cela entraîne.

Être enceinte sous DIU

Si le stade de la grossesse n’est pas encore trop avancé, il sera donc tout à fait possible de retirer le stérilet afin que cette dernière se poursuive normalement. Il s’agit cependant d’une manipulation délicate, car les risques de fausse couche sont alors plus élevés. Mais il est tout de même vivement conseillé de le retirer, puisque les risques sont encore plus importants si vous gardez votre stérilet.

Cependant, si vous découvrez tardivement que vous êtes enceinte, il se peut qu’il soit impossible de retirer le DIU, car l’utérus va grossir au fur et à mesure de la grossesse et le fil du stérilet, qui permet de le retirer, sera donc parfaitement inaccessible puisqu’il aura disparu dans le fond utérin. Il faudra donc poursuivre la grossesse avec le stérilet et les risques que cela comporte. Là aussi, il est important d’être rassurée, puisque dans la majorité des cas, les grossesses sous DIU se passent sans problèmes.

Une grossesse sous stérilet sera bien entendu plus surveillée qu’une grossesse traditionnelle, les risques de fausse couche ou d’accouchement prématuré étant plus élevés. C’est au moment de l’accouchement que le stérilet sera rejeté. Les médecins le retrouvent généralement dans le placenta.

D’autres solutions possibles

Si vous savez d’ores et déjà que vous ne souhaitez absolument plus avoir d’enfants, vous pouvez alors envisager d’autres solutions pour éviter ce genre d’accident. On retrouve notamment l’utilisation du préservatif, qui en plus de protéger contre les maladies sexuellement transmissibles est très efficace s’il est bien utilisé.

Il existe une autre méthode bien plus radicale mais extrêmement efficace : la ligature des trompes. Cette méthode de contraception définitive s’adresse bien évidemment aux femmes qui sont convaincues de ne pas vouloir d’enfant et peut alors régler toutes les inquiétudes à ce sujet.

Articles liés :

Contraception : la pilule de moins en moins utilisée par les femmes

L’hyperfertilité, un mal encore tabou

Avoir un enfant après une ligature des trompes