Yoga hormonal : une solution contre l’infertilité ?

Crédits : iStock

Le yoga est une pratique de plus en plus répandue, au point de devenir un véritable phénomène de mode. Cette activité présente en effet de nombreux bienfaits pour les personnes qui la pratiquent : elle permet d’améliorer sa souplesse, sa respiration, mais revient aussi à faire un véritable travail sur soi. Le yoga peut d’ailleurs parfaitement s’appliquer aux femmes enceintes, notamment par le biais du yoga prénatal qui est généralement pratiqué en tant que préparation à l’accouchement. Mais depuis peu, le yoga s’est également adapté aux femmes qui souhaitent avoir un enfant et pourrait même être une aide pour cela : il s’agit du yoga hormonal.

Qu’est-ce que le yoga hormonal

Discipline créée par Dinah Rodrigues, le yoga hormonal doit être vu comme une thérapie qui s’adresse aux femmes qui souhaitent avoir un enfant. Le but premier de cette méthode est de permettre à de jeunes femmes de parvenir à tomber enceintes sans pour autant se tourner vers des moyens médicaux. Selon Dinah Rodrigues, qui est à l’origine de cette discipline, le yoga hormonal peut réactiver la production d’hormones, venir en aide aux femmes qui souffrent d’ovaires polykystiques ou encore permettre à certaines d’avoir un taux hormonal normal si ce n’est pas le cas. Mais le yoga hormonal ne s’applique pas seulement aux femmes en désir d’enfant, puisqu’il permettrait aussi de soulager les douleurs prémenstruelles et de mieux vivre les symptômes de la ménopause.

Pour que le yoga hormonal soit réellement efficace, il faudrait, selon les personnes qui le pratiquent, suivre au moins 3 à 4 séances par semaine durant 4 mois avant de progressivement redescendre à 2 séances par semaine. Au cours de ces séances, les femmes concernées vont associer des mouvements très toniques à des exercices de respiration plus calmes, qui reposent principalement sur des méthodes tibétaines basées sur la circulation des énergies dans le corps. Grâce à tout cela, les fervents supporters du yoga hormonal affirment qu’il est possible de réactiver les glandes hormonales et de favoriser ainsi la conception.

Qu’en pensent les médecins ?

Difficile encore d’avoir réellement du recul sur cette pratique tant elle est récente, même si certains médecins commencent tout de même à se pencher sérieusement sur le sujet. Selon eux, si tous les exercices réalisés en séances de yoga hormonal peuvent être très bons pour le corps et favoriser le terrain pour une future grossesse, il ne s’agit pas pour autant d’une solution miracle. Les exercices de respiration peuvent effectivement faire le plus grand bien aux femmes qui ont la sensation d’avoir du mal à tomber enceintes, mais cela ne remplace pas une vraie consultation médicale si le problème est physiologique. Mieux vaut donc prendre rendez-vous avec un spécialiste de la fertilité afin de faire un bilan complet et d’établir quelles sont les causes (s’il y en a) de l’infertilité. Il est tout à fait possible de combiner cela avec du yoga hormonal qui sera toujours un plus pour la femme concernée.

Sources : MagicMaman, Yoga Voyageur

Articles liés :

Envie de bébé : les 4 examens médicaux à passer avant de vous lancer

Acide folique : quel intérêt pour la conception et la grossesse ?

Insuffisance ovarienne prématurée : lorsque la fertilité chute plus tôt que prévu