12 histoires insolites concernant l’accouchement qui vous feront voir les choses d’une autre façon !

Crédits : iStock

5) La tronçonneuse a été inventée pour aider à l’accouchement

Si aujourd’hui les tronçonneuses servent à couper du bois, leur utilité était toute autre dans le passé. Il s’agissait en fait d’un prototype de la tronçonneuse qu’on connaît aujourd’hui, inventé à la fin de XVIIIe siècle, et qui permettait de couper et d’élargir l’os pelvien durant l’accouchement, comme une alternative à la césarienne que nous connaissons aujourd’hui. Bien évidemment, cette pratique était très dangereuse, mais aussi extrêmement douloureuse, puisque les anesthésies que nous avons aujourd’hui n’existaient pas à cette époque.

6) Les femmes portaient généralement des corsets durant la grossesse

Les vêtements confortables sont aujourd’hui à l’honneur dans les lignes de vêtements de grossesse. Seulement auparavant, les femmes semblaient davantage miser sur l’apparence que sur le confort, puisqu’elles étaient habituées à porter des corsets durant toute leur grossesse. Une pratique qui peut être très grave, car ces vêtements ont tendance à écraser l’utérus, et par conséquent le bébé. Fort heureusement, au début des années 1900, la société Lane Bryant a mis au point la première ligne de vêtements de grossesse.

7) Le mot “gossip” désignait les femmes présentes dans la salle d’accouchement

Si aujourd’hui le terme “gossip” est utilisé pour désigner les ragots, il semblerait que son sens premier était tout autre. En effet, les femmes (généralement les amies) qui accompagnaient celle qui accouchait étaient appelées “gossip“, qui signifiait “God’s sib (sibling)“, c’est-à-dire “les sœurs de Dieu“. Pour que ce mot change à ce point de sens, on imagine que les ragots devaient aller bon train dans les salles d’accouchement de l’époque.

8) Au XVIIe siècle, les femmes étaient deux ou trois à partager le même lit

Les conditions sanitaires n’étaient en vérité pas vraiment bonnes à cette époque-là en France, et les médecins semblaient également quelque peu surmenés. Ainsi, les risques de mort durant l’accouchement étaient très élevés, et lorsqu’une femme mourait sur son lit, les autres qui partageaient le même qu’elle devaient attendre patiemment que quelqu’un vienne pour retirer son cadavre. Bonne ambiance pour le jour qui censé être le plus beau de sa vie…