in ,

8 comptines que vous n’oserez plus chanter à vos enfants

Crédits : iStock
8 comptines que vous n’oserez plus chanter à vos enfants
noté 5 - 1 vote

Lorsqu’ils sont petits, les enfants adorent les comptines, qu’ils apprennent aussi bien à l’école qu’à la maison. Et bien souvent, ce sont les mêmes que leurs parents ont appris quand ils étaient enfants. Seulement, on ne réfléchit pas vraiment au sens de ces petites chansons, et vous risquez d’être très surpris en y regardant de plus près ! Voici donc 8 comptines que vous ne voudrez certainement plus chanter à vos enfants !

1) Au clair de la Lune

Si vous trouviez cette jolie petite comptine tout innocente, vous aviez tout faux, puisque ce cher Pierrot est loin d’être blanc comme neige. On apprend au début de cette chanson qu’un homme demande à Pierrot une plume « pour écrire un mot ». Jusque-là, rien d’anormal, même si lorsqu’il précise que sa « chandelle est morte », et qu’il n’a « plus de feu », on peut trouver bizarre d’écrire une lettre dans le noir. Mais c’est ensuite que la chanson dérape vraiment, lorsque Pierrot lui répond : «Va chez la voisine, je crois qu’elle y est, car dans sa cuisine, on bat le briquet ». Sauf que l’expression « battre le briquet » signifie en fait « s’envoyer en l’air ». La chandelle serait en fait une métaphore pour désigner le sexe de l’homme.

2) Ne pleure pas Jeanette

On comprend rapidement en écoutant attentivement les paroles pourquoi Jeanette pleure autant. On lui demande tout d’abord de se marier de force avec un prince alors qu’elle est amoureuse de Pierre, qui malheureusement est en prison. Mais l’histoire ne s’arrête pas là, puisqu’on menace carrément Jeanette de pendre son bien-aimé Pierre, chose à laquelle elle répond qu’elle aussi doit être pendue si Pierre l’est. Finalement, les deux sont pendus. Difficile de trouver une morale à cette charmante histoire…

3) Il était un petit navire

Si l’histoire commence plutôt bien, le long voyage des matelots va finalement mal tourner, puisqu’ils finissent par manquer de vivres. Ils décident donc de tirer à la courte paille pour déterminer lequel sera mangé pour que les autres survivent, et c’est finalement le plus jeune qui est désigné. Après de longues délibérations pour savoir à quelle sauce le mousse sera mangé, un miracle se produit et des milliers de poissons sautent sur le navire, ce qui a permis d’éviter la mort du jeune matelot. Une belle histoire de cannibalisme.

4) À la pêche aux moules

Si vous vous êtes toujours demandé pourquoi cette petite fille ne veut plus aller à la pêche aux moules, voici la réponse : elle se faisait en fait agresser sexuellement par les garçons de Marennes : « Quand une fois ils vous tiennent, sont-ils de bons enfants, maman ? (…) Ils vous font des caresses, des petits compliments, maman. (…) Les garçons de Marennes, ils m’ont tous embrassée, maman. (…) Les garçons de Marennes, M’ont emmener baigner, maman. (…) Les garçons de Marennes, mes habits ont cachés, maman ». On comprend mieux pourquoi on ne connaît que le refrain…