Accouchement : comment faut-il faire pour bien pousser ?

Crédits : iStock

Tout le monde le sait : pour mettre un enfant au monde, la femme doit pousser plusieurs fois afin de permettre l’expulsion. Les fictions ont d’ailleurs tendance à reprendre cette idée pour mettre en scène des accouchements qui sont bien loin de la réalité. En effet, on constate souvent qu’après seulement quelques poussées, et sans trop de difficultés, la femme parvient presque immédiatement à mettre au monde son bébé. S’il est vrai que pour certaines femmes, le moment des poussées est relativement rapide, pour d’autres, c’est tout le contraire. Pire même : certaines peuvent avoir du mal à comprendre de quelle manière bien pousser pour faire naître son bébé. Parce que oui, il y a une technique pour que ces poussées soient vraiment efficaces !

À quel moment faut-il pousser ?

Durant un accouchement, il n’est absolument pas question de pousser du début à la fin. En effet, au cours de la phase de travail, il faudra au contraire se retenir, même si l’envie se fait ressentir. Il est nécessaire d’attendre patiemment que le col soit complètement effacé et dilaté pour commencer à pousser, car cela signifie que le bébé peut à présent passer sans problème. Le travail peut ainsi durer plusieurs heures, voire quelques jours. Si les contractions peuvent être douloureuses, cela ne signifie pas pour autant qu’il est temps pour l’enfant de venir au monde. Vous devez donc vous abstenir de pousser si vous n’avez pas le feu vert des sages-femmes. Vous risqueriez en effet de vous blesser, mais aussi de faire mal à votre enfant.

Pourquoi faut-il pousser ?

Même si la nature est très bien faite et que vous pouvez avoir la sensation que votre corps pousse tout seul, vous devez tout de même l’aider un minimum. Durant toute la grossesse, et au moment de l’accouchement, le périnée est très sollicité, puisque le bébé appuie de plus en plus fort dessus. Le corps va donc développer tout seul le réflexe de pousser. Seulement, il est aussi demandé aux jeunes mamans de pousser volontairement afin de renforcer ce réflexe et d’être plus efficace. Plus l’accouchement est rapide et plus le bien-être du bébé sera préservé. En effet, toute cette pression au moment de l’accouchement peut le faire souffrir, mieux vaut donc lui épargner trop de temps dans cet espace confiné et pas vraiment agréable.

femme hôpital accouchement malade souffrance peur douleur
Crédits : iStock

Comment bien pousser ?

Le terme « pousser » peut sembler bien abstrait, puisqu’il est nécessaire d’adopter une bonne technique pour y parvenir vraiment. Il est en effet nécessaire d’attendre les contractions pour pousser, car ces dernières vont également permettre de guider le bébé vers la sortie. Généralement, les femmes ressentent d’elles-mêmes le besoin de pousser lorsque les contractions se font ressentir. Cette sensation est d’ailleurs souvent comparée à une envie pressante d’aller à la selle. En ce qui concerne celles qui accouchent sous péridurale, pas de panique : l’anesthésie est généralement dosée parfaitement pour éviter de ressentir les douleurs tout en sentant quand même les contractions.

Il existe deux façons distinctes de pousser pour un accouchement :

  • Vous pouvez prendre une grande bouffée d’air qui va permettre de remplir vos poumons pour ensuite bloquer et pousser. Attention cependant à cette technique qui augmente le risque de déchirure, puisque le périnée est alors mis à rude épreuve.
  • Il est aussi possible de pousser en soufflant très progressivement, comme pour vider un ballon d’air lentement. Cette technique est plus respectueuse pour votre périnée, qui sera plus ménagé.

Quoi qu’il en soit, il vous revient le droit de choisir la technique qui vous convient le mieux et avec laquelle vous vous sentez la plus à l’aise.

Les cours de préparation à l’accouchement sont très utiles pour apprendre de quelle façon pousser, car cette notion peut sembler très imagée. Ils vont surtout permettre de comprendre où se situe le périnée, et donc de quelle manière l’utiliser pour pousser.

Certaines femmes ressentent le besoin irrépressible de crier au moment d’accoucher. Si rien ne vous empêche en effet de donner de la voix, vous devez tout de même savoir qu’il n’est pas vraiment conseillé de le faire. Vous risquez en effet de gaspiller votre énergie à crier et de perdre votre objectif de vue. Bien évidemment, il est difficile de se raisonner dans ce genre de moment tant la douleur et le stress peuvent être importants.

Enfin, vous devez surtout être très à l’écoute des sages-femmes qui vous donneront tous les conseils nécessaires pour pousser de la bonne façon. Elles pourront en effet au fil des contractions vous dire si votre travail est efficace ou non afin de rectifier vos poussées pour permettre la naissance rapide de votre enfant.