Congeler ses ovocytes : dans quelles conditions est-ce possible ?

Crédits : iStock

Aujourd’hui, certaines femmes ont recours à l’autoconservation ou la vitrification de leurs ovocytes. Il s’agit d’un procédé médical qui permet de conserver les ovocytes dans l’optique d’une future grossesse. Cela permet d’éviter le vieillissement des cellules et donc l’infertilité lorsque le désir d’enfant se fait ressentir. Une technique qui n’est pas accessible à toutes les femmes en France et qui est encore très réglementée.

Congeler ses ovocytes : quel intérêt ?

Les femmes possèdent toutes une réserve ovarienne. Au fil des années et des ovulations, cette réserve diminue progressivement. C’est d’ailleurs pour cette raison que des femmes jeunes ont généralement plus de chances que d’autres plus âgées d’avoir des enfants facilement. Lorsque la réserve est “vide“, la femme concernée entre alors dans la phase de ménopause, ce qui signifie qu’elle n’est plus fertile. Avant cela, même s’il lui reste des ovocytes, ces derniers sont généralement de moins bonne qualité au fil du temps. C’est justement pour cela que les médecins déconseillent aux femmes d’un certain âge d’avoir des enfants, car les risques de fausses couches ou de handicap pour le fœtus sont alors plus élevés.

Congeler ses ovocytes peut donc être une solution intéressante pour les femmes qui n’ont pas pour projet immédiat d’avoir des enfants. En effet, aujourd’hui, les femmes ont leur premier enfant de plus en plus tard, notamment parce qu’elles accordent plus d’importance à leur vie professionnelle ainsi qu’à leur vie privée. Cela vient également de la démocratisation de la contraception qui permet aujourd’hui aux jeunes femmes de choisir quand elles veulent un enfant. Dans ces conditions, congeler ses ovocytes peut être une vraie aubaine, car cela va permettre de garder des cellules de qualité pour une grossesse reportée à plus tard. Ainsi, les risques d’une grossesse tardive sont évités. Cependant, en France, le recours à l’autoconservation ou la vitrification des ovocytes est très encadré. Ce procédé est uniquement réservé aux femmes qui font face à un problème médical, à une situation pathologique ou par mesure de précaution. Il est également utilisé dans le cadre d’un don d’ovocytes et d’une fécondation in vitro.

Quel est le processus ?

Pour prélever les ovocytes, il est nécessaire de passer par une stimulation ovarienne. Généralement, durant 9 à 10 jours, la femme doit procéder à des injections sous-cutanées. Cela permet aux ovocytes d’arriver à maturation pour procéder ensuite à la ponction. Pour vérifier que le processus se déroule bien, des prises de sang ou des échographies sont généralement pratiquées.

Deux jours à la suite de la dernière échographie a lieu la ponction. Pour cela, la patiente est hospitalisée le temps d’une journée et sort en principe au lendemain de l’opération.

Si la congélation des ovocytes est la seule solution d’avoir des enfants pour des femmes malades ou qui ont des antécédents de santé, ce procédé n’est pas fiable à 100%. L’âge de la femme au moment de la réimplantation a en effet son importance et entraîner un échec s’il est trop avancé. Son âge au moment de la ponction joue également un rôle dans les chances de succès. Quoi qu’il en soit, si la congélation des ovocytes est une solution intéressante, elle n’est pas pour autant une solution magique.