Covid-19 : la pandémie a eu un impact sur la prise en charge des soins des enfants atteints de cancer

Crédits : iStock

En France, le nombre de morts du coronavirus avoisine bientôt le cap symbolique des 100 000. Cela signifie donc qu’il y a presque 100 000 familles qui ont déjà été directement touchées par la maladie, et malheureusement aussi par le deuil. Toutefois, il y a également des victimes indirectes de la crise sanitaire. Parmi elles, on retrouve notamment les enfants atteints de cancer qui reçoivent visiblement une moins bonne prise en charge depuis le début de la pandémie.

Moins de diagnostics, et arrêt des traitements

Selon une étude publiée par la revue The Lancet Child and Adolescent Health, la crise sanitaire liée au coronavirus « a considérablement changé la prise en charge des enfants atteints de cancer dans le monde en créant des barrières tout au long du continuum de soins ». En effet, comme pour de nombreuses autres maladies, les soins et les traitements ont pris beaucoup de retard à cause du nombre important de malades atteints du coronavirus dans les hôpitaux. Beaucoup d’opérations ont été décalées, et malheureusement, les soins des maladies les plus graves ont également pris du retard, même lorsque cela concerne les enfants.

Après avoir interrogé entre juin et août 2020 311 professionnels de la santé travaillant dans 213 établissements répartis dans 79 pays au total, 78 % des hôpitaux ont assuré que les soins des cancers pédiatriques ont été affectés par la crise sanitaire. Parmi eux, 43 % ont expliqué avoir fait moins de diagnostics de nouveaux cancers pendant cette période. Bien évidemment, le nombre de cancers n’a pas baissé brutalement, cela signifie donc qu’il y a de plus en plus d’enfants atteints de cancers qui ne le savent pas encore. Les hôpitaux qui ont répondu à cette enquête sont également 34 % à avoir observé une augmentation du nombre de patients ayant mis un terme trop tôt à leurs traitements. Dans la plupart des pays du monde, les hôpitaux ont effectivement été désertés par bien des patients ayant peur d’attraper le coronavirus.

Des établissements qui ont fermé leurs portes

Plus grave encore, cette étude a démontré que 7 % des hôpitaux interrogés, principalement situés dans les pays les plus pauvres, ont carrément fermé leur service de pédiatrie durant la crise sanitaire pendant dix jours en moyenne. Ce bilan extrêmement préoccupant rejoint le constat fait par de nombreux médecins au sujet de l’arrêt de soins pour beaucoup de maladies depuis début 2020. Il constitue une preuve de plus que la pandémie a réellement eu des effets dévastateurs dans le monde entier.