Est-ce grave si l’enfant rejoint le lit des parents dans la nuit ?

Crédits : iStock

Pour les enfants, le sommeil est parfois un long apprentissage qui peut prendre plusieurs années. Si la situation semble parfaitement normale pour des petits de seulement quelques mois, les parents ont généralement tendance à s’inquiéter lorsque cela s’étale sur plusieurs années. Il faut dire que le sommeil est certainement la chose la plus difficile à gérer en devenant parent, surtout quand il vient à manquer. Que ce soit par choix ou simplement par fatigue, certains parents laissent leurs petits venir dans le lit au cours de la nuit ou le matin. Est-ce bien grave pour autant ?

Pourquoi un enfant souhaite rejoindre le lit des parents ?

Les enfants peuvent apprécier le lit des parents pour différentes raisons :

  • À la suite d’une mauvaise période qui peut se manifester par des cauchemars très récurrents. Ces mauvais moments peuvent avoir lieu à cause d’un stress sur une période donnée et peuvent donc se calmer aussi vite qu’ils sont apparus.
  • Certains petits ont la sensation d’être seuls la nuit tombée. Ils peuvent aussi avoir peur du noir et très mal vivre cette solitude dans leur chambre. Ils ont donc besoin d’une certaine présence et particulièrement celle de leurs parents.
  • Pour d’autres, c’est un sentiment de jalousie qui entraîne les petits à occuper la chambre des parents pour la nuit ou tôt le matin. En effet, aux alentours de 3 ans, certains enfants peuvent avoir des symptômes liés au complexe d’Œdipe. Ils prennent en effet conscience que leurs parents entretiennent réellement une relation entre eux et peuvent ainsi en être jaloux. Ils savent également que la chambre, et particulièrement le lit, est un lieu qui leur est réservé. Le fait de s’y glisser régulièrement la nuit peut ainsi avoir pour vocation de « séparer » le couple.

Comment réagir ?

Avec le manque de sommeil, les jeunes parents peuvent avoir des difficultés à gérer ce genre de situation. Il faut dire que si l’enfant a peur ou qu’il demande simplement le soutien de ses parents, il est compliqué de lui refuser l’accès au lit. Certains parents ont également tendance à culpabiliser en voyant ce comportement chez leur enfant. Ils peuvent en effet penser que cela se manifeste parce qu’ils ne lui accordent pas suffisamment d’attention. Ils peuvent également avoir du mal à le refuser dans leur lit parce qu’eux aussi prennent du plaisir à l’avoir près d’eux.

Difficile donc d’adopter la bonne réaction dans ce cas de figure. Bien évidemment, il n’existe aucune solution miracle tout simplement parce que tous les enfants et tous les parents sont différents. Cela dit, quelques comportements peuvent rendre la situation un peu plus simple et permettre à l’enfant d’arrêter progressivement de rejoindre ses parents dans leur lit.

  • Ne pas culpabiliser l’enfant : avec la fatigue et le manque de patience, certains parents ont tendance à rapidement s’énerver et à culpabiliser l’enfant. En effet, ce n’est pas en criant ou en étant désagréable que la situation va s’arranger. Il faut avant tout trouver l’origine du problème.
  • Trouver les raisons du problème : si votre enfant vient régulièrement dans votre lit au beau milieu de la nuit, il y a forcément une raison. Vous devez donc beaucoup communiquer avec lui afin de trouver l’origine du problème pour le prendre à la source. Votre enfant doit se sentir accompagné et non montré du doigt.
  • Ne pas dramatiser la situation : s’il faut bien avouer que ce genre de situation peut être très difficile à vivre pour des parents en manque de sommeil, il ne faut pas non plus que cela devienne le centre de toutes vos conversations. La situation peut être très pénible, mais vous devez tout de même apprendre à relativiser afin de ne pas donner l’impression à votre petit qu’il est en train de vous gâcher la vie.
  • Rassurer l’enfant : votre petit a très certainement besoin de beaucoup de réconfort pour que cette situation prenne fin. Vous devez donc prendre le plus grand soin de choisir les bons mots pour lui en parler afin de ne pas le braquer.
  • Lui expliquer que votre lit n’est pas le sien : même si ces explications peuvent être longues et pénibles pour vous, vous devez impérativement prendre le temps de lui donner des explications claires et précises afin qu’il comprenne que le lit parental n’est pas le sien.
  • Lui faire apprécier sa chambre : parfois, le problème vient simplement de la chambre de l’enfant. Il peut en effet s’y sentir en insécurité ou tout simplement pas à sa place. N’hésitez pas à voir avec lui pour revoir toute la décoration et l’agencement de cette pièce afin qu’il s’y sente vraiment bien.

Sources : Fourchette et Bikini, MagicMaman, Enfant

Articles liés :

Sommeil : quels comportements adopter lorsque l’enfant se lève trop tôt ?

L’apnée du sommeil chez l’enfant : tout ce qu’il faut savoir

Manque de sommeil : comment le gérer au cours des premiers mois de bébé ?