in ,

Grossesse : connaître ou non le sexe du bébé

Crédits : iStock
Grossesse : connaître ou non le sexe du bébé
Notez cet article

Il s’agit souvent d’une véritable étape dans une grossesse, que ce soit pour la mère comme pour le père : l’annonce du sexe du bébé. Généralement, c’est dès la vingtième semaine que les parents peuvent connaître ce petit secret si bien caché. D’autres au contraire préféreront attendre le jour de la naissance et faire durer le plus longtemps possible le suspense. Mais finalement, qu’est ce que cela change de connaître ou non le sexe du bébé ?

Souhaiter le connaître pour se projeter

Depuis que les échographies permettent de savoir s’il s’agit d’une fille ou d’un garçon, les parents n’hésitent plus à découvrir ce mystère à partir des 20 premières semaines de grossesse. En effet, on constate qu’aujourd’hui, près de 80% des couples souhaitent savoir durant la grossesse quel est le sexe de leur enfant. Cette demande serait d’ailleurs encore plus commune lors d’une première grossesse. Lorsqu’ils s’agit d’un premier enfant, les parents sont déjà dans l’inconnu et souhaitent donc se rassurer grâce à cette étape. Pour un deuxième enfant, ils sont alors plus calmes et détendus et sont donc plus nombreux à attendre l’accouchement pour découvrir le sexe de l’enfant.

Pour ces parents, l’argument de l’organisation est souvent le premier. Ils souhaitent savoir le sexe afin de faire des achats en conséquence, pour décorer la chambre de telle ou telle façon, mais aussi pour choisir le prénom. En sachant le sexe de l’enfant et en lui attribuant un prénom, il ne s’agit alors plus d’un fœtus mais véritablement d’un bébé à naître. Les parents le considèrent alors comme une personne et le traiteront en conséquence. C’est surtout le cas pour les futurs papas, qui ont bien souvent du mal à se projeter et à réaliser que, dans quelques mois, ils vont devoir s’occuper d’une autre personne qu’eux-mêmes. En effet, à la différence de la maman, le papa ne sent pas le bébé de l’intérieur et ne vit absolument pas ce moment de la même façon. Pour beaucoup la grossesse est très abstraite. Ils s’accrochent donc à ce moment durant lequel le sexe de l’enfant va être révélé pour commencer à l’imaginer en tant que personne à part entière.

Savoir en avance le sexe permet aussi d’accepter l’idée que ce n’était pas vraiment ce qu’on souhaitait. De nombreuses personnes veulent à tout prix une fille, ou bien un garçon, et peuvent donc être très déçus au moment où le sexe est enfin révélé. Mais le fait de le savoir si tôt leur permet aussi de faire le “deuil” de l’enfant dont ils rêvaient, afin de se concentrer sur celui-ci.

Crédits : iStock

Garder la surprise pour éviter les déceptions

Même si auparavant il était parfaitement impossible de connaître à l’avance le sexe de l’enfant, aujourd’hui la majorité des couples profitent de cette avancée technologique pour percer à jour ce secret si bien gardé. Mais pour d’autres, il est parfaitement inenvisageable de découvrir avant la naissance le sexe de leur bébé.

Certains mettent tout simplement en avant le fait qu’il y a encore quelques années, il était impossible de le connaitre et les couples s’en portaient tout aussi bien. De plus, l’échographie est censée être un examen médical dont le but premier est de s’assurer que la grossesse se passe bien et que le fœtus évolue de la bonne façon. Savoir le sexe du bébé n’a absolument rien de médical ni d’urgent, il s’agit simplement d’assouvir la curiosité des parents.

Ne pas savoir le sexe du bébé à l’avance permet aussi de ne pas être déçus le jour J. En effet, tout le long de la grossesse, les parents se sont imaginés ce bébé, l’ont idéalisé et l’aiment déjà, qu’importe son sexe. La surprise ne sera que plus grande au moment de l’accouchement. Et si les parents souhaitaient à tout prix une petite fille et que c’est en fait un garçon, ils n’auront en fait même pas le temps d’être déçus, puisqu’ils seront tout de suite plongés dans la vie de parents et toute l’attention que cela nécessite.

L’accouchement est souvent un moment très particulier pour les jeunes parents, et certains souhaitent le rendre encore plus magique qu’il ne l’est déjà en gardant ce secret jusqu’au bout. L’émotion sera déjà à son comble et au moment de l’annonce du sexe ils auront certainement du mal à retenir leurs larmes, quel qu’il soit.

Le fait de ne pas connaître le sexe de l’enfant avant l’accouchement permet aussi de garder cette grossesse la plus intime possible. La grossesse et l’accouchement sont avant tout des moments qui se partagent en couple, et le fait d’avoir cette surprise au dernier moment renforce cette intimité, puisque pendant un (court) instant, les parents seront les seuls à savoir quel est ce petit secret. Par ailleurs, cela donnera l’occasion à tous les membres de la famille et aux amis de s’amuser à faire des pronostics pendant 9 mois, mais aussi de se creuser les méninges pour trouver des cadeaux de naissance qui conviennent aux deux sexes.

Sources : Maman pour la vie, MagicMaman, Psychologies

Articles liés :

Échographie du 2e trimestre : tout ce qu’il faut savoir

Hérédité : à qui ressemblera votre enfant ?

3e trimestre de grossesse : le début de la fin