Hygiène naturelle infantile : un bébé sans couches, c’est possible ?

Crédits : iStock

Si vous êtes parents, vous n’êtes pas sans savoir que les couches représentent un budget très important durant les trois premières années de vie de bébé. De quoi convaincre certains parents de trouver d’autres alternatives aux couches traditionnelles pour bébés. En plus de cela, les scandales autour de la composition des couches jetables ne cessent de faire parler depuis plusieurs années. En effet, une grande majorité d’entre elles contiendraient de nombreux produits toxiques. Si pour certains, la solution à tout cela se trouve dans les couches lavables, d’autres optent pour une méthode encore plus radicale : l’hygiène naturelle infantile. Et pour cause, celle-ci ne nécessite absolument aucune protection. Si la théorie peut séduire, est-ce vraiment réalisable dans la pratique ?

Qu’est-ce que l’hygiène naturelle infantile ?

Cette technique n’a en réalité rien de nouveau puisqu’elle était utilisée bien avant la création des couches et est encore d’actualité dans les pays pauvres. Il s’agit simplement d’être attentif aux signes qui pourraient traduire chez bébé l’envie de faire ses besoins afin qu’il puisse les faire dans un endroit dédié à cela comme les toilettes. Seulement, pour y parvenir, les parents doivent connaître les comportements de leur bébé sur le bout des doigts et être très réactifs. Les spécialistes de cette méthode recommandent d’ailleurs d’avoir le plus souvent un contact en peau à peau avec son bébé. En effet, cela permet de sentir ses mouvements intestinaux et donc d’agir en conséquence. Mais ce n’est pas la seule façon de pratiquer l’hygiène naturelle infantile. Pour d’autres parents, cela va se faire simplement grâce aux comportements de bébé qui changent légèrement lorsqu’il a une envie pressante. Par exemple, il fait des grimaces ou se tortille dans tous les sens. Pour d’autres enfin, cela va se faire grâce à une très bonne connaissance des rythmes de bébé.

bébé pot propreté
Crédits : PublicDomainPictures / Pixabay

Quelle utilité ?

Bien évidemment, cette technique peut sembler très contraignante pour une grande majorité de jeunes parents qui n’ont pas forcément le temps de la pratiquer au quotidien. Néanmoins, les adhérents de cette méthode semblent réellement conquis. D’ailleurs, ils se vantent bien souvent de parvenir à rendre leur enfant propre dès ses 18 mois, alors que la majorité des enfants y arrivent aux alentours de 3 ans.

Et même si l’apprentissage de la propreté peut être plus long pour certains enfants, il s’agit d’une très bonne solution pour lui apprendre le réflexe d’aller aux toilettes au lieu de profiter du confort de porter une couche en toute circonstance.

Cependant, il faut être bien informé pour pouvoir pratiquer l’hygiène naturelle infantile. Et surtout, il ne faut pas croire qu’il est possible de rendre un bébé de 6 mois propre en quelques semaines. Il s’agit en effet d’un travail de longue haleine qui nécessite beaucoup d’attention. En plus, il sera parfaitement impossible pour un enfant d’être propre avant d’atteindre la maturité des sphincters qui se fait entre 18 et 21 mois pour le muscle anal et généralement aux alentours des 2 ans pour la vessie.

L’hygiène naturelle infantile a aussi et surtout le grand avantage de vous faire faire des économies et de réduire considérablement votre empreinte écologique.

Les spécialistes tiennent tout de même à rappeler aux parents qui souhaitent la pratiquer que s’il s’agit d’une méthode très chronophage, elle ne doit pas pour autant prendre le pas sur les autres apprentissages de bébé.

Articles liés :

Propreté : 7 choses à ne surtout pas faire à un enfant

De la couche au pot : comment les pousser à la propreté ?

Couches lavables ou couches jetables : les avantages et inconvénients