in

Post-accouchement : quelle contraception choisir ?

Crédits : iStock
Post-accouchement : quelle contraception choisir ?
noté 5 - 1 vote

S’il est vrai qu’il ne s’agit peut-être pas de la première question que vous vous posez lorsque vous venez d’accoucher, elle va forcément vous traverser l’esprit dans les heures ou les jours qui suivent : quelle contraception adopter à présent ? À moins que vous souhaitiez remettre le couvert dans les mois qui suivent la naissance de votre enfant, vous devez savoir qu’il n’est pas rare que certaines femmes retombent enceintes quelques mois plus tard, simplement car elles n’ont pas pensé à reprendre une méthode de contraception. Vous devez donc bien être renseignée pour prendre les choses en main le plus rapidement possible, plutôt que de vous faire surprendre par l’arrivée d’un nouvel enfant.

Les jours qui suivent l’accouchement

Durant les jours qui suivent la naissance de votre enfant, vous n’avez pas nécessairement la tête à reprendre les câlins. Les retrouvailles sous la couette ne sont donc généralement pas la première préoccupation des jeunes parents et c’est la raison pour laquelle il n’est pas nécessairement utile de reprendre une contraception tout de suite après l’accouchement. Toutefois, si vous reprenez tout de même une activité sexuelle, aussi infime soit-elle, vous devez prendre quelques précautions pour faire en sorte d’éviter un accident. Le préservatif sera donc certainement la solution adéquate pour les premiers câlins post-accouchement, puisque la première ovulation peut intervenir 3 à 4 semaines après l’accouchement.

En cas d’allaitement

Dans la théorie, l’allaitement permet de bloquer l’ovulation, et écarterait donc tout risque de grossesse non désirée. Seulement, dans la pratique, la situation est quelque peu différente. En effet, il ne faut pas vraiment se fier à cet argument, puisqu’une grossesse peut quand même intervenir malgré l’allaitement. Le mieux reste donc d’être prudent et d’en parler avec votre médecin afin de trouver une méthode de contraception compatible avec votre allaitement. Dans les dix jours qui suivent l’accouchement, votre médecin pourra donc vous prescrire une pilule microdosée, ne contenant que de la progestérone, et qui n’aura aucun effet négatif sur la qualité du lait maternel. Cependant, en règle générale, la pilule convient surtout aux femmes qui sont certaines de penser à la prendre bien régulièrement, ce qui n’est pas forcément le cas de toutes. Dans ce cas-là, vous pouvez vous renseigner au sujet du DIU (dispositif intra-utérin, également appelé stérilet), qu’il soit en cuivre ou aux hormones. Cependant, les médecins ne le posent que plusieurs semaines après l’accouchement, généralement au retour de couches ou aux prochaines règles. En attendant, vous devez donc prendre vos précautions pour éviter un accident.

Pour les autres

Les femmes qui n’allaitent pas ont autant de choix que les autres en terme de contraception post-accouchement, si ce n’est qu’elles peuvent aussi se faire prescrire dans les semaines qui suivent l’accouchement une pilule œstroprogéstative, à condition qu’il n’y ait pas de contre-indication qui pourrait être liée à la grossesse (phlébite, hypertension ou encore diabète). La règle est ensuite la même : si vous pensez être trop distraite pour assumer la prise d’une pilule chaque jour, vous devez alors vous rabattre sur un autre moyen de contraception, comme l’implant ou le DIU, qui vont vous permettre de rester sereine pour plusieurs années. Il existe bien évidemment d’autres moyens mécaniques, comme le préservatif, le spermicide ou encore le patch. Le tout reste d’en parler avec votre gynécologue afin de vous faire conseiller au mieux.

Sources : MagicMaman, Enfant

Articles liés :

5 situations pour lesquelles vous pensez à tort qu’il est impossible de tomber enceinte !

Le retrait : une méthode de contraception qui n’en est pas une

Contraception naturelle : 5 méthodes pour celles qui ne veulent plus de contraception « conventionnelle »