Selon l’Unicef, le monde est encore un endroit violent et discriminatoire pour les filles

Crédits : iStock

Les droits des femmes sont au centre des préoccupations dans de nombreux pays depuis maintenant plusieurs années. Avant cela, les femmes étaient très clairement considérées comme des citoyennes de second rang un peu partout dans le monde. Cependant, et malgré les quelques progrès constatés depuis peu, il reste encore beaucoup de travail pour réduire les discriminations entre les hommes et les femmes. Au-delà de ça, le monde semble toujours dangereux pour les femmes, comme le révèle un récent rapport de l’Unicef relativement alarmant.

Des promesses qui n’ont pas été vraiment tenues

Si vous aviez la sensation que la situation des femmes dans le monde était progressivement en train de s’améliorer, vous aviez en réalité totalement faux. Un récent rapport de l’Unicef démontre en effet que le monde entier est encore un endroit dangereux pour les filles, malgré quelques avancées qui pourraient donner l’impression que la vie est plus simple pour elles. S’il n’y a jamais eu avant aujourd’hui autant de filles scolarisées dans le monde, elles restent tout de même les premières victimes des sociétés patriarcales qui peuvent grandement mettre leur vie en danger.

En 1995 se tenait la conférence de Beijing au cours de laquelle des centaines de pays s’engageaient à prendre des mesures visant à réduire au maximum les inégalités entre les hommes et les femmes. Il s’agit d’un fait marquant de l’histoire qui devait être un véritable tournant pour les droits des femmes et des petites filles. Malheureusement, 25 ans plus tard, le bilan est bien mitigé. Si « le nombre de filles déscolarisées a reculé de 79 millions ces 20 dernières années », ce changement s’est principalement effectué ces dix dernières années.

Les filles toujours en danger par rapport aux garçons

Comme l’explique l’Unicef dans son rapport, les filles vivent aujourd’hui encore dans le danger. Par exemple, en 2016, « 70 % des victimes de traite identifiées dans le monde étaient des femmes ou des filles ». Dans la plupart des cas, il s’agissait d’exploitations sexuelles. D’ailleurs, ce sont bien les violences sexuelles qui sont au cœur de ce rapport : 1 femme sur 20 âgée de 15 à 19 ans, soit près de 13 millions au total, a déjà été victime au cours de sa vie d’un viol.

Partout dans le monde, les filles courent un danger presque quotidiennement. Entre harcèlements, mutilations génitales, mariages forcés, violences physiques et psychologiques et bien d’autres encore, les femmes subissent toutes sortes de sévices qui deviennent presque courants et normaux dans l’inconscient commun. Ainsi, chaque année, on compte près de 12 millions de filles qui sont mariées alors qu’elles sont encore mineures et 4 millions qui risquent de subir des mutilations génitales.

Ce rapport de l’Unicef rappelle donc à quel point il est important de continuer les efforts afin de permettre aux filles d’accéder à un mode de vie aussi confortable que les garçons. Pour cela, il est expliqué qu’il est important de permettre à toutes les femmes d’accéder à l’égalité, « sans distinction d’origine géographique ou ethnique ni de statut socioéconomique » afin de ne pas créer non plus d’inégalités entre les femmes elles-mêmes.

Il est également nécessaire que tous les pays du monde prennent bien conscience de ces problématiques afin de prendre des mesures adéquates pour améliorer le quotidien des filles. Les femmes doivent être l’égale des hommes afin de mettre fin à toutes ces violences.

Articles liés :

Témoignages : les voix se libèrent autour des violences obstétricales

70% des femmes auraient déjà eu des rapports sexuels sans en avoir vraiment envie

Le #MonPostPartum permet aux femmes de libérer la parole sur les suites de l’accouchement