Terrible Two : comment gérer au mieux cette crise des deux ans ?

Crédits : iStock

Les crises, les caprices et la confrontation avec l’autorité sont monnaie courante pour les parents. Ils y sont préparés et ne souhaitent surtout pas flancher, de peur de voir tous leurs principes d’éducation sombrer dans le néant. Seulement, il existe un passage dans la vie d’un enfant, aux alentours de deux ans, durant lequel il sera bien difficile de faire face à toutes les crises et les caprices. Plus communément appelé le « Terrible Two », ce passage donne souvent du fil à retordre aux parents…

Qu’est ce que le Terrible Two ?

C’est généralement aux alentours de 18 mois que les enfants entrent dans cette phase obscure dont les parents ne voient pas le bout : le Terrible Two. Mais rassurez-vous, vous n’êtes pas les seuls à faire face à cette période loin d’être drôle.

À cet âge-là, l’enfant commence tout juste à avoir conscience qu’il est un être à part entière, une personne à lui tout seul. Jusqu’à présent, il ne pensait être que le prolongement de ses parents et ne réalisait donc pas qu’il pouvait lui aussi accomplir certaines choses. Seulement, cette prise de conscience arrive au même moment qu’une certaine autonomie dans les mouvements. Il passe alors de bébé à enfant, devient capable d’accomplir des choses par lui-même et en a parfaitement conscience. C’est la raison pour laquelle il devient en parfait désaccord avec ses parents, qui lui donnent encore des consignes et des ordres, ce qui est en contradiction avec la prise conscience de son autonomie. Il réalise alors que pour réellement exister, il doit se séparer de l’autorité de ses parents. Il entre donc en contradiction avec toutes les règles habituelles et “non” devient son nouveau mot favori.

Même si cette phase peut durer un moment chez certains enfants, elle peut aussi très bien passer au bout de quelques semaines si elle est bien accompagnée. Les parents ne doivent donc pas systématiquement remettre la faute sur le Terrible Two lorsque l’enfant est un peu turbulent. Ils doivent prendre les choses en main pour rétablir les règles du foyer.

Crédits : iStock

L’attitude à adopter

Il faut savoir que durant cette période difficile, tous les prétextes sont bons pour que l’enfant soit en contradiction avec ses parents. Il faut donc que ces derniers soient parfaitement préparés pour y faire face. Dans l’idéal, il vaut mieux anticiper ces crises et donc tout faire pour les éviter. Il faut tenter de se mettre à la place de l’enfant et d’adopter une attitude qui convient.

La colère n’est absolument pas la solution lorsque ces crises se manifestent. Même s’il peut paraître impossible de ne pas céder à l’impatience, il est important de garder son calme et de ne pas riposter en criant ou en lui donnant une fessée. L’enfant aura en effet du mal à comprendre cette colère, mais surtout à l’associer à ses actes. Il ne tirera donc aucune leçon de cela et aura même tendance à recommencer pour comprendre d’où vient cet énervement.

Le mieux pour gérer cette période est de détourner son attention afin d’éviter les crises. Il ne s’agit pas non plus de le laisser tout faire, mais simplement d’anticiper au mieux pour éviter les scènes de larmes. Lorsque la situation devient tendue, les parents peuvent alors lui proposer un jeu, une chanson, ou encore une promenade, afin que tout le monde passe à autre chose. Cependant, lorsque la crise est vraiment trop forte et que l’enfant est inconsolable, il vaut mieux simplement l’isoler et lui faire comprendre qu’il pourra revenir une fois calmé. Il faut également pouvoir être clair et cohérent dans ses décisions afin que l’enfant comprenne la logique pour ne plus reproduire par la suite ces comportements.

Il faut savoir que les crises se manifestent toujours pour une raison, même pour des enfants de cet âge-là. Puisque c’est le moment durant lequel ils réalisent qu’ils sont réellement des personnes, ils souhaitent donc être traités comme tel. Il est donc possible, grâce à quelques gestes simples, d’éviter les crises, comme par exemple en le faisant manger au même moment que toute la famille autour de la même table. Il sentira alors qu’il a sa place en tant que membre de la famille à part entière.

Terrible Two : juste une phase

Pour les parents qui commencent à manquer de patience et qui n’en peuvent plus de cette période du Terrible Two, qu’ils se rassurent, il ne s’agit que d’une passade. Tous les enfants n’ont pas le même rythme. Pour certains cela peut durer plus longtemps que pour d’autres, mais une chose est sûre : il y a une fin. Il faut se rappeler que ce passage est nécessaire au développement de l’enfant, et que si les parents adoptent les bons comportements, il n’y a aucune raison pour que cette crise persiste.

Sources : MagicMaman, Babyfrance, Maman pour la vie

Articles liés :

Fessée : 5 bonnes raisons de l’éviter

Caprices : comment les gérer ?

Frères et sœurs : comment gérer les disputes au sein d’une fratrie ?