Violence : une jeune maman se fait agresser avec son bébé par un homme en pleine rue

Crédits : iStock

Les violences faites aux femmes se manifestent malheureusement de bien des façons et ne concernent pas seulement le domaine privé. C’est exactement ce que prouve le récit d’Amélie Challeat, une influenceuse connue notamment pour son compte Instagram @theverygoodmother, qui a pour but de donner une vision désacralisée du rôle de maman. Mercredi 10 février dernier, la jeune femme qui a accouché le 10 octobre 2020 de sa petite Shéérazade, née très prématurément, s’est faite agresser par un homme en pleine rue à cause d’une histoire de stationnement. Dans un post sur les réseaux sociaux, sur lequel elle affiche des stigmates de cette violente agression, la jeune femme explique également les difficultés qu’elle a rencontré pour porter plainte. Cette publication très partagée a notamment fait réagir Gérald Daramanin et Marlène Schiappa.

Une agression qui représente les violences faites aux femmes

C’est à travers une photo très partagée sur les réseaux sociaux qu’Amélie Challeat explique l’agression qu’elle a subie alors qu’elle était avec sa petite fille de seulement quatre mois, née extrême prématurée. Sur un selfie, on voit la jeune femme, le visage très tuméfié, qui tient dans ses bras sa fille Shéérazade.

Elle explique : « Nous sommes en 2021. Mercredi 10 février je me suis faite agresser par un voisin en revenant de l’hôpital avec mon bébé né extrême prématuré, fragile, qui a besoin d’examens réguliers et ne peut pas rester dans le froid. Un voisin, homme âgé, blanc, propriétaire, riche, n’a pas supporté que je laisse la voiture 5 min devant la porte de l’immeuble pour rentrer mon bébé en poussette dans l’immeuble par moins 5 degrés et de la neige partout. Dans le hall de l’immeuble, il m’a hurlé dessus en me disant que je n’avais pas le droit de laisser la voiture, qu’il fallait que je la gare ailleurs. Je lui ai dit de nous laisser tranquilles, qu’on en avait pour quelques minutes, qu’on revenait de l’hôpital, que j’avais appris la mort de ma mère la veille. J’ai continué à avancer pour rentrer chez moi. Cet homme a voulu m’empêcher de rentrer chez moi avec mon bébé et m’a frappé au visage. Il a envoyé son poing, de toutes ses forces, dans mon visage alors que je tenais la poussette de mon bébé. Je suis tombée par terre et j’ai perdu connaissance un bref instant ».

Cette agression montre à quel point la violence peut être gratuite lorsqu’il est question de s’en prendre à des femmes. Fort heureusement pour elle, son mari, Hamza, a pu intervenir et a été par la suite interpellé par la police, ainsi que l’agresseur.

Des difficultés pour porter plainte

Au-delà de cette agression d’une violence inouïe, ce qui frappe le plus dans cette histoire, c’est le fait que la jeune femme semble avoir bien des difficultés pour porter plainte contre son agresseur. Comme elle l’explique, les policiers ont conseillé au couple de « trouver une entente entre voisins ». Ce post Instagram est donc l’occasion d’interpeller le gouvernement, qui avait pourtant fait des violences faites aux femmes la grande cause du quinquennat.

Très partagé, le post a finalement interpellé Gérald Darmanin et Marlène Schiappa qui ont visiblement apporté leur soutien à Amélie Challeat. Cette dernière a en effet enfin pu obtenir un rendez-vous pour porter plainte ce lundi 15 février.