in

8 effets indésirables de la pilule dont les médecins ne vous parlent pas

Crédits : Wikimedia Commons - Ceridwen
8 effets indésirables de la pilule dont les médecins ne vous parlent pas
Notez cet article

Ce n’est pas parce que votre gynéco vous la prescrit sans ciller que la pilule n’est pas dangereuse pour votre santé. Mais il s’avère aujourd’hui difficile de communiquer sur les risques engendrés tant certains médecins sont de mèche avec les laboratoires. Un scandale quand cela s’applique au niveau de la santé ! Pourtant, les pilules contraceptives classiques sont classées en tant que cancérigènes de groupe 1, c’est-à-dire la catégorie où le risque est avéré.

Les premières versions des pilules contraceptives étaient plus fortement dosées en hormones que celles actuelles. Celles-ci provoquaient alors généralement plusieurs effets secondaires désagréables. Malgré les nouveaux dosages des pilules, certains effets secondaires demeurent. Et ceux-ci ne sont pas à prendre à la légère. Bien sûr, d’un modèle de pilule à un autre, et d’une fille à une autre, ceux-ci peuvent changer.

1) Chute de cheveux

Certaines molécules de certains modèles de pilules ont un effet négatif sur le cuir chevelu, pouvant conduire à une perte de cheveux.

2) Baisse de libido

Le désir est majoritairement lié au taux de testostérone dans le sang. Même si elle est moins élevée chez les femmes que chez les hommes, elle existe bien, et est même très importante pour la sexualité. Malheureusement, la pilule a pour effet de la baisser son taux actif.

3) Risque de cancer du sein

Le risque de cancer du sein est surtout plus élevé pour les utilisatrices récentes (les femmes les plus jeunes). Après 10 ans d’arrêt, ce risque rejoint le risque normal de cancer du sein chez les femmes n’ayant jamais pris la pilule.

4) Saignements en cours de plaquette

Les saignements sous pilule sont généralement liés à l’action hormonale. Ils ont lieu fréquemment les 3 premiers mois de sa première prise. Soit parce que sa pilule est trop faiblement dosée en œstrogènes, soit parce qu’on la prend depuis longtemps. Oublier de prendre sa pilule ou l’avaler à des horaires trop irréguliers peut aussi jouer.

5) Nausées

Les nausées et maux de cœur restent rares chez les femmes sous pilule aujourd’hui, ces désagréments étant réservés aux anciennes générations de contraceptifs. Mais vous n’êtes pas 100% à l’abri de ces malaises, qui touchent un très faible pourcentage de femmes encore aujourd’hui : nausées au réveil ou juste après la prise du comprimé, voire quatre ou cinq heures après, n’hésitez pas à consulter votre médecin pour en changer.

6) Fatigue et sautes d’humeur

La pilule est susceptible d’entraîner des moments de fatigue, mais aussi des troubles de l’humeur comme de l’anxiété, un état de dépression légère voire plus accrue. Si vous observez ces signes, parlez-en avec votre gynécologue pour qu’il vous propose une autre alternative.

7) Risque de cancer du col de l’utérus

La question est plus complexe pour le cancer du col de l’utérus puisque celui-ci est dû à une infection par un virus : les femmes prenant la pilule auraient des rapports sexuels plus fréquents avec des partenaires différents, augmentant ainsi leur risque d’être infectées.

8) Risque de cancer du foie

Le cancer du foie reste extrêmement rare : il sévirait sur 2 cas seulement pour 100 000 femmes par an. L’influence de la pilule sur ce type de cancer reste donc minime.

Article initialement publié sur 100% Féminin

Articles liés :

Endométriose : une maladie qui inquiète les femmes

Contraception : le pilule de moins en moins utilisée par les femmes

Retour de couches : le retour des cycles presque normaux