in

Que faire lorsque son adolescent veut un scooter ?

Crédits : iStock
Que faire lorsque son adolescent veut un scooter ?
Notez cet article

L’adolescence rime généralement avec désir d’indépendance et de liberté. Et quoi de mieux pour cela qu’un scooter ? Pour beaucoup de jeunes, les scooters représentent le début de la vie d’adulte et de l’émancipation, mais c’est surtout pour les parents une grosse source d’angoisse. En effet, chaque année, 160 jeunes sont tués sur les routes à bord de deux roues, et 10 000 sont blessés. Des chiffres alarmants qui peuvent effrayer bon nombre de parents. Le scooter est-il donc un achat utile et raisonné ?

En a-t-il réellement besoin ?

Généralement, les adolescents qui possèdent des scooters, ou des deux roues plus généralement, vivent en zone rurale ou dans une petite agglomération (7 sur 10), ce qui facilite leurs trajets. Ils sont aussi plus nombreux à vivre une scolarité professionnelle ou à être entrés dans la vie active (43% d’entre eux). En effet, dans ce cas-là, les transports scolaires sont moins fréquents, voire inexistants. Il est donc très important de vérifier si l’achat d’un deux roues sera vraiment utile dans le quotidien de l’adolescent ou s’il s’agit seulement d’un caprice pour voir plus souvent ses amis. Les deux roues peuvent être très dangereux et il vaut donc mieux s’assurer qu’il sera très utile pour lui, mais également pour les parents qui auront ainsi moins de trajet à faire pour l’amener où il veut.

Crédits : Pixabay – DomAlberts

Est-il digne de confiance ?

Le moment de l’adolescence est généralement celui de toutes les insouciances et les précautions sont bien souvent laissées de côtés. Avant de procéder à l’achat d’un deux roues, il est donc capital de s’assurer que l’adolescent en fera bon usage et surtout qu’il sera capable d’être prudent. Si les parents savent d’ores et déjà qu’il consomme régulièrement du cannabis ou de l’alcool et qu’ils le soupçonnent d’être capable de reproduire ce comportement lorsqu’il devra conduire son deux roues, il vaudra mieux lui refuser de l’acheter. Même raisonnement si le jeune manque cruellement de maturité, puisque cela pourrait le mettre dans des positions très dangereuses.

Faire un rappel des règles de sécurité

Avant d’acheter un deux roues, il est essentiel de rappeler à l’adolescent les règles de sécurité, mais aussi les consignes à respecter pour éviter un accident. Il faut aussi savoir que l’achat d’un deux roues doit s’accompagner de l’acquisition de tout un matériel de sécurité : casque, gants, veste et chaussures adaptées. Il faut également pouvoir s’assurer que l’adolescent portera ce matériel à chaque fois qu’il utilisera son deux roues.

Lui faire prendre conscience des dépenses engendrées

L’achat d’un deux roues entraîne de nombreuses dépenses : entre le véhicule lui-même, le matériel, l’assurance et l’entretien, la facture monte rapidement. Pour responsabiliser son adolescent, il faut donc qu’il soit conscient de tous ces coûts, et même qu’il y participe à son échelle. Cela lui permettra de réaliser le cadeau que lui font ses parents, mais aussi d’en prendre davantage soin et d’être plus prudent.

Crédits : Pixabay – StockSnap

Pas le droit à l’erreur

Si les parents finissent par accepter d’acheter un scooter à leur adolescent, ils doivent être par la suite parfaitement intransigeants avec lui. En effet, s’il est pris en flagrant délit de conduite sans casque, ou à risque, le scooter ne sortira plus du garage ou sera vendu. Ces conditions doivent être portées à sa connaissance avant même l’achat du deux roues afin qu’il n’y ait pas de mauvaises surprises pour lui, mais aussi pour qu’il soit le plus prudent possible. Pour cela, il est possible de signer avec lui un contrat de confiance dans lequel il sera parfaitement stipulé qu’à la moindre erreur, il n’y aura plus de scooter.

Sources : Notre Famille, Top Santé, MagicMaman

Articles liés :

Contraception à l’adolescence : comment en parler ?

Peut-on négocier avec ses enfants ?