Césarienne d’urgence : dans quels cas est-elle pratiquée ?

Crédits : iStock

L’accouchement est un événement aussi attendu que redouté pour beaucoup de femmes. Si généralement, il est possible d’avoir une vague idée de ce que sera ce moment, la naissance d’un enfant reste malgré tout quelque chose de très imprévisible. Il vaut donc mieux avoir connaissance au préalable de tous les scénarios possibles afin de ne pas être pris de court le jour J. On retrouve notamment la césarienne d’urgence qui est souvent très redoutée par les futures mamans.

La césarienne, un passage souvent redouté

La césarienne est aujourd’hui très souvent pratiquée en France. En effet, selon l’association Césarine, en 2014, 20,2 % des naissances se faisaient par césarienne. Un procédé qui est d’ailleurs de plus en plus remis en question, notamment par rapport à son recours parfois systématique en cas de problème. On constate en effet qu’en 1981, seulement 10,9 % des naissances avaient lieu par césarienne. Une nette augmentation en quelques années qui prouve le progrès de la médecine et surtout le fait qu’il s’agit d’une opération chirurgicale devenue presque banale.

Il existe deux types de césariennes : celles programmées et les autres pratiquées dans l’urgence. Dans le premier cas, elle peut intervenir à la suite de problèmes de santé de la future maman ou de l’enfant, d’un premier accouchement par césarienne ou pour un bébé qui se présente par le siège. Une situation parfois difficile à accepter pour la future maman, mais qui lui laisse tout de même le temps d’accepter cette idée et de s’y préparer. Seulement, le choc est généralement bien plus violent pour une femme qui subit une césarienne en urgence.

césarienne programmée césarienne de convenance programmée naissance bébé médecin hôpital
Crédits : iStock

Césarienne d’urgence : dans quelles situations ?

Dans une majorité des cas, la césarienne d’urgence est pratiquée quand le travail n’avance pas. En effet, parfois, malgré des heures de souffrance pour la maman, le bébé ne vient pas au monde pour différentes raisons :

  • Le passage dans le bassin est trop étroit et l’enfant ne parvient pas à se frayer un chemin
  • Les contractions ne sont pas vraiment efficaces et ne permettent donc pas une ouverture du col suffisante
  • Au contraire, les contractions peuvent être trop nombreuses et donc épuisantes pour la future maman qui n’a alors plus la force de pousser pour expulser son bébé

Parfois, la césarienne intervient à cause d’une mauvaise position du bébé. Si les échographies permettent de voir au préalable comment se tient le fœtus, on ne peut pas pour autant prévoir dans quelle position il va se présenter à la naissance. Certains bébés se présentent en effet le front en avant, ce qui est une très mauvaise position que les sages-femmes découvrent seulement en effectuant un toucher vaginal.

Enfin, la césarienne d’urgence est également pratiquée si le bébé montre des signes de souffrance fœtale. Généralement, tout au long du travail, la sage-femme pose un monitoring sur le ventre de la future maman afin de garder un œil sur le rythme cardiaque du bébé. Il est alors possible de constater s’il ralentit, ce qui est un phénomène plutôt courant dans différents contextes :

  • Lorsque le travail devient trop long, le fœtus peut vite être fatigué
  • Les contractions peuvent également le faire souffrir si elles sont trop fortes
  • Si la maman souffre d’une infection
  • Si le cordon ombilical est enroulé autour de son cou

Une césarienne presque normale

Si la césarienne d’urgence peut être effrayante pour des femmes qui ne s’étaient pas du tout préparées à cette idée, elle est généralement très bien prise en charge par les équipes médicales sur place. Malgré le fait que les médecins tentent d’être les plus rapides possible pour ne pas perdre de précieuses minutes, ils se doivent aussi d’expliquer aux futurs parents ce qui est en train de se passer et la suite des événements.

Hormis l’impératif de mettre au monde l’enfant le plus rapidement possible, la césarienne d’urgence ne présente aucune différence avec une autre programmée. L’état d’esprit de la future maman risque d’être tout de même bien différent, notamment à cause de la notion d’urgence qui ajoute beaucoup de stress à la situation.

Articles liés :

Césarienne de convenance : que faut-il en penser ?

Accoucher par césarienne entraînerait plus de complications

13 photos de femmes post-accouchement, qui mettent la césarienne à l’honneur