Confinement : quelles sont les séquelles sur la santé psychologique des enfants ?

Crédits : iStock

Si certaines personnes ont réussi à très bien supporter la période de confinement, d’autres au contraire ont eu beaucoup de mal à vivre cette parenthèse durant laquelle la liberté de mouvement était très limitée. Bien souvent, ce sont les familles qui ont rencontré le plus de difficultés, car les enfants ont beaucoup de mal à vivre enfermés. Malheureusement, nous pensons plus souvent avec compassion à ce que les parents ont pu vivre et pas suffisamment aux conséquences sur la santé psychologique des enfants.

Quelques conséquences sur la santé psychologique des enfants

Comme certains adultes, des enfants aussi ont mal vécu la période de confinement. Si certains l’ont vu comme un jeu ou l’occasion de passer plus de temps en famille, d’autres ont eu des difficultés à se voir complètement coupés du reste du monde. L’ambiance anxiogène a également pu avoir des conséquences terribles sur le moral des petits, surtout les plus sensibles.

Les protocoles d’hygiène, le port du masque, les sorties limitées ou encore la peur des parents face à la maladie sont autant de facteurs qui ont pu marquer psychologiquement les enfants. Pour certains, l’hygiène est devenue progressivement un véritable trouble obsessionnel au fil du temps à cause de toutes les règles qui nous sont imposées depuis plusieurs semaines.

L’enfermement a également pu entraîner des symptômes d’agoraphobie. En effet, pendant le confinement, les enfants ont pris l’habitude de ne voir personne d’autre que les membres de la famille rapprochée. Ils savaient ainsi que les contacts avec les autres pouvaient potentiellement être dangereux. Forcément, au moment de sortir à nouveau, certains enfants redoutent de devoir se retrouver au milieu de dizaines d’inconnus qui peuvent en plus être malades.

Il est possible d’observer chez certains petits des troubles du sommeil qui ont pu commencer dès le confinement. Beaucoup de parents ont aussi constaté au cours des semaines d’enfermement que leurs enfants avaient des sautes d’humeur qui étaient aussi bien provoquées par le fait de ne pas sortir que par l’inquiétude liée à la pandémie. Ces comportements peuvent subsister après la fin du confinement malgré un retour à la normale.

Une prise en charge essentielle

En tant que parent, vous avez un rôle essentiel pour permettre à votre enfant de retrouver doucement une vie normale. Si vous trouvez sa conduite anormale, vous devez impérativement lui en parler rapidement afin de le rassurer au mieux. Il a en effet besoin de votre présence et de voir comment vous vous comportez vous-même face à cela. Il faut donc tenter de montrer au mieux l’exemple et surtout d’instaurer un dialogue entre vous pour qu’il se sente en confiance s’il ressent le besoin de vous poser des questions.

Si vous constatez que votre enfant a encore des comportements bizarres, vous ne devez pas perdre de temps pour consulter un spécialiste. La situation que nous avons vécue est si particulière et inédite qu’il est parfaitement normal qu’elle ait laissé des traces sur les plus jeunes qui n’ont pas le recul nécessaire pour réellement supporter cela.