Contractions : comment distinguer les vraies des fausses ?

Crédits : iStock

Lorsqu’il s’agit d’un premier enfant, il est extrêmement difficile pour une femme de vraiment savoir à quoi s’attendre le jour de son accouchement. En plus de cela, et pour rendre ce jour encore plus stressant, l’accouchement est généralement décrit comme une épreuve absolument horrible et douloureuse. Il est d’ailleurs difficile de trouver des témoignages qui ne font pas référence à des cris, des larmes ou du sang. Alors forcément, le stress est bien souvent à son comble au moment de donner naissance à son enfant. Avec tout cela, difficile pour une jeune femme de vraiment comprendre ce qui est en train de se jouer pour son corps, et comment réagir face à des symptômes jusque-là parfaitement inconnus, comme les contractions. En effet, il y en a deux types : les vraies et les fausses, et il est très important de pouvoir les différencier.

Les fausses contractions

Les fausses contractions portent en vérité plutôt mal leur nom, puisqu’il laisse croire qu’elles ne sont pas vraiment réelles, alors qu’il s’agit tout de même de petites tensions passagères au niveau des muscles de l’utérus. Cependant, et contrairement à de « vraies » contractions, elles n’ont absolument aucun effet sur l’ouverture du col et donc sur l’avancement du travail. Également appelées contractions de Braxton Hicks, elles sont parfaitement normales puisque l’utérus est un muscle qui se contracte au même titre que les autres. Pour les reconnaître, il existe différents moyens :

  • elles sont irrégulières
  • elles provoquent un inconfort au niveau du bas-ventre, comme des tiraillements
  • elles peuvent faire penser à des douleurs prémenstruelles
  • elles se manifestent parfois par une sensation de resserrement au niveau du nombril

Il n’y a pas vraiment de solution pour faire passer ces fausses contractions, si ce n’est beaucoup de patience. Cependant, vous devez tout de même garder l’œil ouvert pour bien vérifier qu’elles ne se transforment pas en réelles contractions. Si en effet elles deviennent plus régulières et que la douleur augmente nettement, consultez rapidement un gynécologue ou bien téléphonez à la maternité dans laquelle vous allez accoucher afin de connaître la démarche à suivre.

femme enceinte grossesse allongé dormir fatigue alitée contractions congé pathologique
Crédits : iStock

Les contractions d’entraînement

Quelques jours avant le terme de la grossesse, vous risquez de ressentir des contractions d’entraînement. Il s’agit là aussi de « fausses » contractions, mais qui sont pourtant différentes des précédentes. Elles peuvent en effet être plus douloureuses et plus intenses. Ainsi, elles peuvent apparaître d’une minute à l’autre et disparaître brusquement après plusieurs heures de souffrance. Vous pourrez également constater que votre ventre est beaucoup plus tendu lorsqu’elles se manifestent.

Le début du travail

Vous risquez de comprendre rapidement si vos contractions annoncent le début du travail, car elles vont devenir très régulières en peu de temps. Elles sont généralement espacées de 10 minutes au début puis l’intervalle se réduit petit à petit. Si au départ, elles sont relativement gérables, elles vont très vite devenir douloureuses.