Covid-19 : malgré les masques, les enfants parviennent à percevoir les émotions

Crédits : iStock

L’année 2020 a bien évidemment été marquée par la pandémie de coronavirus qui a malheureusement bouleversé nos habitudes de vie. Parmi les changements les plus marquants, on retrouve bien évidemment le port du masque, qui est aujourd’hui obligatoire dans la plupart des lieux ouverts au public. Or, ce petit accessoire qui cache la moitié de nos visages fait craindre à certains qu’il puisse semer le trouble chez les plus jeunes. En effet, bien des parents ont été préoccupés par l’impact des masques sur les apprentissages et surtout le ressenti des émotions chez les enfants. Fort heureusement, selon une récente étude, il semblerait que les petits parviennent malgré tout à percevoir les émotions lorsqu’ils s’adressent à des personnes qui portent un masque.

Une crainte réelle

Le port du masque au quotidien est une habitude encore relativement récente. Toutefois, plusieurs études s’intéressent déjà aux conséquences que cela peut avoir, notamment chez les enfants. Si les adultes ont en effet le recul nécessaire et les facilités verbales pour tout de même exprimer leurs émotions, ce n’est pas le cas des plus jeunes qui pourraient donc être complètement bouleversés par cet accessoire qui cache une grande partie du visage.

Toutefois, selon une étude récente menée auprès de 81 enfants âgés de 7 à 13 ans et parue dans la revue Plos One, le port du masque chez les adultes n’aurait pas tant d’impact que cela sur l’apprentissage du langage et l’analyse des émotions pour les enfants. Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont montré aux enfants des photos de visages exprimant la tristesse, la colère ou la peur, parfois avec un masque chirurgical, parfois sans et d’autres fois encore avec des lunettes de soleil. Les enfants devaient ensuite attribuer une émotion à chaque visage à l’aide d’étiquettes les exprimant.

Les émotions passent malgré le masque

Les chercheurs ont tout d’abord voulu savoir si les enfants étaient capables de reconnaître les émotions des visages qui ne portaient ni masque ni lunettes de soleil. Ainsi, dans 66 % des cas, les enfants parvenaient à trouver la bonne émotion.

En ce qui concerne les visages masqués, les enfants ont réussi à décrypter la tristesse dans 28 % des cas, la colère dans 27 % des cas et la peur dans 18 % des cas. Si le masque semble visiblement rendre le déchiffrage des émotions plus compliqué pour les enfants, ils en sont tout de même capables. L’étude a également permis aux chercheurs de réaliser que les enfants pouvaient confondre certaines émotions, et notamment la peur et la colère, qui peuvent s’exprimer par les yeux et les sourcils de façon relativement similaire.