Doit-on apprendre aux enfants à rendre les coups ?

Crédits : iStock

Le harcèlement scolaire est aujourd’hui au cœur de nombreux débats et alimente les pires peurs des parents qui feraient tout pour que leurs enfants n’en soient pas les victimes. Il faut dire que ce phénomène, qui a toujours existé, mais qui est reconnu depuis seulement quelques années, peut-être à l’origine d’une dépression chez les enfants concernés. Ces derniers vont parfois même jusqu’à se suicider pour mettre fin à leur calvaire. En tant que parent, il n’est pas facile de savoir quelle réaction adoptée en apprenant que son enfant subit des brimades à l’école : faut-il en informer la direction et utiliser uniquement des moyens pacifiques pour en venir à bout, ou bien apprendre à son enfant à rendre les coups et donc à lui-même basculer dans la violence ?

L’école : un milieu qui peut être hostile

Si l’école est un lieu social formidable qui permet à votre enfant de se confronter aux autres tout en apprenant de nombreuses choses tous les jours, elle peut aussi devenir le pire cauchemar de votre petit. La cour de récréation peut en effet être le lieu de toutes les moqueries et autres brimades qui entraînent le harcèlement scolaire. Comme vous le savez, les enfants ne sont pas toujours tendres entre eux et les violences peuvent aussi bien être verbales que physiques. Malheureusement, beaucoup de petits sont très sensibles et donc parfaitement incapables de gérer cette situation extrêmement difficile qui peut mener aux pires gestes si le problème n’est pas réglé rapidement.

Des comportements qui ne trompent pas

Tous les parents ne parviennent pas à découvrir le harcèlement scolaire de leur enfant. En effet, certains petits n’en parlent absolument pas à la maison, ou alors ressentent une certaine honte à avouer ce qui leur arrive. Il faut donc parfois être très attentif pour parvenir à déceler un problème à l’école, car certains comportements peuvent vous mettre la puce à l’oreille :

  • Il se met en colère pour un oui ou pour un non, et semble très irritable
  • Il a moins d’appétit
  • Il est très excité et ne tient pas en place
  • Il dort mal et fait beaucoup de cauchemars
  • Il refuse d’aller à l’école ou semble très angoissé au moment d’y aller
enfant seul banc triste école
Crédits : iStock

En tant que parent, vous devez impérativement questionner régulièrement votre enfant au sujet de l’école pour essayer de savoir si tout se passe bien. Plusieurs réactions sont alors possibles s’il est vraiment victime de harcèlement scolaire :

  • Il se sent soulagé de pouvoir en parler avec vous et va donc vider son sac
  • Il ne vous raconte qu’une infime partie de la réalité par honte ou bien parce qu’il ne souhaite pas vous faire peur
  • Il se ferme et ne souhaite absolument pas en parler, vous faisant croire que tout se passe très bien pour lui

Faut-il apprendre à rendre les coups ?

Il est important d’adopter la bonne réaction pour mettre fin au problème dans les meilleures conditions possible. Le mieux reste d’en parler à l’enseignant responsable de votre enfant afin de lui faire part de la situation, mais surtout de votre inquiétude. Vous pouvez également prendre contact avec les parents délégués qui peuvent être plus impliqués et compréhensifs que les enseignants.

En ce qui concerne votre enfant, vous allez devoir faire en sorte de lui donner à nouveau confiance en lui. N’hésitez pas à le valoriser régulièrement pour les bonnes choses qu’il peut accomplir, mais aussi à l’investir dans des activités qui lui donneront confiance en lui. Il ne doit plus avoir ce statut de victime, et cela passe par un gain de confiance en soi.

Certains parents apprennent à leurs enfants à rendre les coups s’ils sont victimes de violence. Si l’éducation est propre à chacun, il est aussi important de rappeler que répondre à la violence par de la violence n’est peut-être pas la solution au problème. Cela risque aussi de donner une mauvaise vision de la vie à l’enfant qui risque de croire qu’il doit agir de cette façon pour le moindre problème qu’il rencontre.

En dernier recours, si vous constatez que la situation ne s’arrange pas et que votre enfant semble réellement déprimé, vous allez devoir commencer à envisager de changer d’établissement scolaire.