Grossesse : quelles sont les traditions dans les autres pays ?

Crédits : iStock

Dans plusieurs pays du monde, il existe de nombreuses croyances et traditions autour de la grossesse et de l’accouchement. Entre le régime alimentaire et le style de vie, toutes les coutumes ont leur mot à dire en ce qui concerne ce moment important de la vie. Voici quelques exemples qui vont certainement vous surprendre !

Pendant la grossesse

Les restrictions alimentaires peuvent être nombreuses durant la grossesse pour des raisons médicales, mais dans certains pays, il en existe d’autres qui sont fondées uniquement sur des croyances. Dans de nombreux pays africains, les femmes ne doivent pas manger d’ananas pendant la grossesse de peur que l’enfant naisse avec une peau crevassée, comme celle du fruit. Toujours dans les pays africains, il est déconseillé à la femme de manger de la tortue par crainte que l’enfant soit lent ou du lapin par peur qu’il naisse avec un bec de lièvre. Les femmes enceintes doivent également manger beaucoup d’œufs pour différentes raisons selon les régions : cela empêcherait par exemple que le bébé naisse chauve ou aiderait à trouver un endroit confortable pour accoucher. Il se peut aussi que les femmes africaines consomment de l’argile ou de la terre pendant la grossesse pour donner au bébé le goût de la terre natale. Cette pratique peut aussi être fréquente en Asie.

En Turquie, il existe une croyance qui permettrait de prédire le sexe du bébé. Elle consiste à placer un couteau sous un coussin et des ciseaux sous un autre. Si la femme qui attend le bébé s’assoit sur le coussin sous lequel il y a le couteau, alors elle attend un fils. Si cependant elle choisit celui sous lequel se trouvent les ciseaux, alors ce sera une fille.

Crédits : Pixabay – Laikipia

Dans les pays du Maghreb, les femmes sont chouchoutées et doivent avoir tout ce qu’elles souhaitent pour éviter toute frustration.

Dans certains pays d’Amérique du Sud, le père joue un véritable rôle dans la grossesse de sa compagne. En effet, celui-ci a le droit à tous les excès de nourriture pendant les neuf mois de grossesse pour « transmettre son énergie au foetus ». Cependant, après l’accouchement, le nouveau papa est soumis à un régime alimentaire très strict durant 40 jours. D’ailleurs, la première semaine, il doit se contenter de se nourrir d’eau chaude et de bouillon de légumes.

En Corée, à Madagascar et au Cameroun, les femmes doivent éviter de marcher sur des objets qui rappellent le cordon ombilical, comme des cordes ou des lianes. Dans quelques pays d’Afrique, il est déconseillé aux femmes de sortir la nuit pour éviter que les mauvais esprits transforment le futur enfant en monstre.

Pratiques sexuelles

Dans certains pays, comme le Burkina Faso, le Ghana ou la Côte d’Ivoire, il est recommandé aux femmes enceintes d’avoir des rapports sexuels tout au long de la grossesse, même les derniers jours, pour nourrir le bébé. Cependant, dans d’autres, comme au Gabon, certaines ethnies déconseillent les rapports sexuels durant la grossesse à partir du cinquième mois de peur que le bébé naisse sale et malade.

L’accouchement

Même si en Occident, la façon d’accoucher la plus commune est à l’horizontal, dans de nombreux autres pays, cela se fait plutôt à la verticale : accroupie en Afrique, ou encore accrochée à une corde ou à une poutre en Amérique du Sud. La position allongée n’est en fait pas du tout physiologique, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle de plus en plus de maternités européennes proposent aujourd’hui de nouvelles positions pour accoucher.

Crédits : Wikimedia Commons

Les plantes pourraient aussi avoir des effets positifs lors de l’accouchement. Par exemple, en Afrique, la rose de Jericho est utilisée pour faciliter la naissance. Certaines l’ingèrent, alors que d’autres se contentent de la placer dans de l’eau. L’image de la fleur qui s’ouvre dans l’eau leur permettrait d’en faire de même avec leur utérus, et donc de faciliter l’expulsion.

En Afrique toujours, les femmes doivent accoucher en silence pour ne pas avertir les mauvais esprits qui pourraient ensuite venir s’emparer de l’enfant.

Après l’accouchement

Le placenta a beaucoup d’importance dans de nombreux pays. Par exemple, dans certains pays asiatiques, des familles le récupèrent afin de l’intégrer à un plat qui sera partagé avec toute la famille afin de resserrer les liens entre chaque membre et le nouveau-né. En Afrique, le placenta est enterré près de l’endroit où l’enfant est né, souvent au pied d’un arbre.

Une nouvelle mode aux États-Unis veut que les nouveaux parents laissent le placenta accroché au bébé jusqu’à ce qu’il tombe de lui-même. Cela aurait pour but de faciliter la séparation entre la maman et le bébé.

Le retour à la maison et les jours qui suivent l’accouchement sont aussi vécus différemment selon les coutumes. En Asie, plus particulièrement en Chine, les femmes doivent rester le plus longtemps possible en convalescence. En effet, elles doivent rester le plus possible allongées, ne doivent pas se doucher ou être pieds nus pour ne pas attraper froid. Généralement, la mère de la jeune maman vient vivre chez elle les premières semaines afin de lui venir en aide.

Articles liés :

Mères porteuses : mieux comprendre le parcours de la GPA

Grossesse : sentir son bébé bouger, une expérience inoubliable

Grossesse et rapports sexuels : faut-il prendre des précautions ?