L’anxiété et la dépression chez l’enfant : reconnaître les signes

Crédits : Pixabay - Anemone123

Tous les parents ne souhaitent qu’une seule et même chose : le bien-être de leur enfant. Seulement, et malgré tous les efforts que vous pouvez mettre en œuvre pour y parvenir, votre enfant peut très bien sombrer dans la dépression infantile. Une situation qui peut sembler absolument irréelle à un âge si précoce, mais qui existe pourtant bel et bien. Mieux vaut donc avoir toutes les informations à sa disposition pour gérer cette crise avant qu’elle ne tourne mal.

Des signes qui doivent alerter

Vous pouvez plus ou moins rapidement observer un état dépressif chez votre enfant simplement en gardant un œil attentif sur son comportement. Cependant, il ne faut pas non plus réagir trop hâtivement et laisser du temps avant de s’inquiéter pour vraiment être certain qu’il s’agit en effet d’un état dépressif. Comme le recommande expertpublic.fr dans cet article, il est important d’attendre au moins deux semaines en observant les comportements de l’enfant afin d’en déduire si oui ou non il s’agit bien d’un état dépressif.

  • Comme chez l’adulte, la dépression ou un état de grande anxiété se manifeste chez les petits par beaucoup de tristesse ou une mauvaise humeur de façon quasi quotidienne.
  • La perte d’appétit est également caractéristique d’un état d’anxiété chez l’enfant. N’hésitez donc pas à surveiller les quantités qu’il ingère chaque jour et à vérifier s’il ne perd pas de poids.
  • Lorsqu’il n’a pas le moral, un enfant peut, comme un adulte, ne plus voir d’intérêts dans les activités qui autrefois les passionnaient.
  • Le sommeil peut devenir très agité et les nuits relativement courtes.
  • À cause du manque de sommeil, mais également de cet état constant d’anxiété, l’enfant peut devenir très fatigué.
  • Sa capacité à se concentrer est nettement réduite, et cela peut facilement se voir dans ses résultats scolaires. Vous ne devez donc pas hésiter à prendre un rendez-vous avec un de ses professeurs afin d’en savoir plus sur son comportement en classe.
  • Enfin, l’enfant risque d’avoir des pensées très sombres, voire suicidaires. La question de la mort peut d’ailleurs devenir omniprésente dans son esprit.

Savoir pourquoi l’enfant souffre de dépression

Les enfants sont très sensibles et peuvent donc ressentir cette baisse de morale à la suite d’un deuil ou d’un événement traumatisant, au même titre que les adultes. Seulement, ils auront tendance à broyer du noir plutôt qu’à relativiser, notamment à cause de leur jeune âge qui ne leur permet pas encore d’avoir le recul nécessaire pour ne pas sombrer.

enfant triste parent soutien consoler malade
Crédits : iStock

Si vous constatez que votre enfant souffre d’au moins cinq de ces symptômes, vous ne devez alors pas hésiter à lui faire rencontrer un professionnel afin de traiter le problème le plus rapidement possible. La dépression infantile est en effet une maladie très grave qui peut mener aux pires idées noires, comme précisé ici. Un enfant peut avoir beaucoup de mal à se sortir de cet état, qui pourrait bien le suivre durant des années s’il n’en parle à personne et s’il n’est pas pris en charge rapidement.

Quelques solutions pour l’aider

La communication est absolument essentielle dans ce cas de figure. Vous allez donc devoir ouvrir le dialogue afin de ne pas laisser votre enfant dans la solitude et le mutisme. Pour cela, ne négligez surtout pas ses sentiments et montrez-vous compréhensif afin de lui permettre de se livrer en toute tranquillité.

Si vous constatez que le fait de vous parler n’améliore pas forcément les choses, n’hésitez pas à vous tourner vers un thérapeute spécialisé dans les problèmes de dépression infantile pour lui venir en aide. Parfois, les enfants préfèrent en effet se livrer à des inconnus avec qui le dialogue est plus simple et sans tabou.

Enfin, faites au mieux pour bannir les écrans de la maison. Ils peuvent en effet contribuer au repli sur lui-même de votre enfant, et donc empirer la situation. À l’inverse, privilégiez plutôt les activités physiques à l’extérieur afin de lui permettre de s’exprimer vraiment et de ne plus intérioriser le mal qui le ronge.